Constance Guisset, designer: «Le style français est une retenue, une recherche d’esprit»

Share

«Paris redevient un centre culturel important», affirme Constance Guisset. Felipe Ribon

ENTRETIEN – La membre du Comité d’honneur de FAB Paris s’est imposée ces dernières années comme l’une des créatrices françaises phares du moment.

Son monde est souple, aérien, d’une exquise rondeur. La designer, scénographe et architecte d’intérieur Constance Guisset s’est imposée ces dernières années comme l’une des créatrices phares du moment, aussi à l’aise dans le mobilier cocon que dans l’aménagement des lieux d’histoire tels que l’église Saint-Eustache. Un côté touche-à-tout fidèle à l’esprit de FAB Paris, dont le parcours hors les murs passera également par son atelier, dans le 18e arrondissement.

LE FIGARO. – FAB Paris promet de réunir «tout l’art du monde sous un même toit». Vous retrouvez-vous dans cette promesse d’éclectisme?

Constance GUISSET. – C’est dans mon ADN. Je m’intéresse à l’histoire de l’art, à l’histoire des objets, parce que les arts décoratifs n’ont pas débuté à l’époque moderne! Certaines périodes d’une richesse sidérante ont apporté des objets de conception familière mais aux usages si surprenants, qu’ils nous font réfléchir sur nos propres créations. J’aime aussi retrouver des tendances qui se répètent à travers les siècles ou me rendre compte qu’il me manque des connaissances.

J’apprécie cette foire parce que je sais qu’on y retrouve du dessin aux côtés d’objets plus inattendus. L’année dernière, j’avais été sidérée par un miroir japonais, une pièce exceptionnelle. Il y a tant de salons où l’on rencontre des objets intéressants, mais dont on ignore s’ils vont traverser le temps… Il est rafraîchissant, par contraste, de se plonger dans une foire où les objets ont déjà fait ce voyage jusqu’à nous. Le temps est un filtre – même s’il n’est pas toujours juste.

Paris redevient un centre culturel important, et cela se voit par les expositions spectaculaires qui y sont organisées, par les différents projets institutionnels en cours, ainsi que par l’afflux de galeries étrangères

Constance Guisset, designer

L’essor du salon repose en partie sur l’attractivité nouvelle du marché parisien. Est-ce une dynamique que vous avez également observée?

La métamorphose est réelle. Paris redevient un centre culturel important, et cela se voit par les expositions spectaculaires qui y sont organisées, par les différents projets institutionnels en cours – du Musée Giacometti aux Invalides à la Fondation Emerige attendue à la pointe de l’île Séguin -, ainsi que par l’afflux de galeries étrangères, en particulier dans le design d’art.

Vous avez obtenu une carte blanche pour représenter le French panache à la dernière Design Week de Milan. Qu’est-ce que ce style français?

Difficile à dire! On m’a déjà dit à l’étranger que je faisais quelque chose de «très français». J’ai essayé de comprendre. Le mot «panache» est revenu plusieurs fois. L’humour, aussi. Une retenue. Une recherche d’esprit. C’est l’idée, je crois, de cette façon de faire à la française. Il faut bien sûr tempérer ce tableau général, qui ne m’empêche en rien de me sentir parfois plus proche de créateurs japonais ou italiens!

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes