Exposition: à Giverny, les fleurs d’automne prennent le pouvoir

Share

Georgia O’Keeffe, Iris blanc no 7, 1957. © Museo Nacional Thyssen-Bornemisza© ADAGP, Paris, 2023

CRITIQUE – De Delacroix et Baudelaire à l’art contemporain, le Musée des impressionnismes consacre une exposition sur les nouveaux thèmes portés dans les représentations de bouquets.

Les fleurs et leur symbolique, un thème d’exposition facile, voire mièvre? À Giverny, village de Claude Monet et de son jardin, le Musée des impressionnismes évite l’écueil. La sélection, établie par Cyrille Sciama et Valérie Reis en collaboration avec la Kunsthalle de Munich, d’une centaine d’œuvres anciennes et contemporaines – peintures, mais aussi sculptures, photos, estampes et objets d’art – offre un bouquet très politique. Avec des senteurs diverses mais toutes prononcées.

Passé une salle où les plantes relient l’homme aux dieux, papyrus égyptien, lotus bouddhique, céramiques à bulbes de l’Empire ottoman, lys marial ou rose de la passion, de premières vanités apparaissent. Elles nous avertissent qu’en deçà de ce paradis, toute fleur porte en elle l’avertissement de notre finitude.

Leur beauté éphémère renvoie à la mort, mais aussi, et c’est heureux, à une renaissance en forme de prise de conscience (voir les Narcisse, Clytie et autre Hyacinthe des Métamorphoses d’Ovide, tous trois…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

Black Friday

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes