Hiroshi Sugimoto: «J’ai toujours voulu utiliser la photographie en artiste»

Share

Hiroshi Sugimoto.
© Hiroshi Sugimoto, 2024

ENTRETIEN – Le grand photographe japonais se confronte à la sculpture de Giacometti, à Paris. L’occasion d’un rare entretien avec un «trésor vivant».

Hiroshi Sugimoto est une légende de la photographie japonaise, un «trésor vivant» dirait l’Archipel. «Hiroshi veut dire “en charge de l’intelligence”, un bon prénom», explique en riant ce gentleman né en 1948 à Tokyo mais qui vit depuis plus de cinquante ans aux États-Unis. À Paris, l’Institut Giacometti lui ouvre la porte de son hôtel particulier, où les sculptures efflanquées de l’artiste suisse hantent ses tirages d’un minimalisme hors du temps dans «Giacometti/Sugimoto: en scène».

Des fantômes très humains qui semblent traverser les siècles et que son regard si particulier transforme en divinités oubliées. Il les fait voisiner avec sa collection de masques nô, merveilles du XIII au XVissues de sa Odawara Art Foundation créée en 2009 pour défendre la culture japonaise.

«Dans la représentation théâtrale, on entrevoit les morts, avec un degré de réalité qui dépend non seulement de la puissance de l’interprétation, mais aussi, dans une large mesure, des capacités d’imagination du spectateur…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes