Le 17e prix de dessin de la Fondation Daniel et Florence Guerlain pile au cœur de l’actualité

Share

Le Liban, Israël, la Grèce, les trois artistes en compétition pour ce cru 2024 se racontent et racontent leurs trois pays par le dessin, la métaphore, l’allégorie. Annonce du lauréat le 21 mars.

Il y a décidément un monde à part qui s’est dessiné au fil des ans avec le Prix de dessin de la Fondation Daniel et Florence Guerlain. Il est directement connecté à notre temps contemporain, mais, collectionneurs obligent, il se démarque des autres prix qui étalonnent l’art aujourd’hui, comme le Prix Marcel-Duchamp ancré au Centre Pompidou plus porté vers l’art conceptuel (dernier lauréat, Tarik Kiswanson, artiste suédois d’origine palestinienne) ou le Turner Prize lié à la Tate à Londres, complètement immergé dans les questions de société, de pouvoir et de genres (dernier lauréat, Jesse Darling, premier Turner Prize trans).

Ce chemin résolument privé préserve le Prix de dessin de la Fondation Daniel et Florence Guerlain des effets de mode et de masse, des pressions du moment comme des tendances trop dogmatiques qui régissent le monde de l’art. Le dernier classement d’Art Review dans sa Power 100 list 2023 en donne un aperçu édifiant. 

De fait, ce prix du cœur et de l’émotion a récompensé…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes