Golden Globes: Oppenheimer atomise Barbie, Anatomie d’une chute perce

Share

Les acteurs d’Oppenheimer Cillian Murphy et Robert Downey Jr ont triomphé aux 81e Golden Globes ainsi que la Française Justine Triet. MARIO ANZUONI / REUTERS ; ROBYN BECK / AFP.

DÉCRYPTAGE – Le biopic de Christopher Nolan a remporté cinq trophées dont la récompense reine de meilleur drame. Barbie se contente du prix du box-office. La Française Justine Triet repart avec deux statuettes.

Le duel Barbenheimer n’aura finalement pas eu lieu. Les Golden Globes se sont rangés comme un seul homme, dimanche soir à Los Angeles, derrière le biopic de Christopher Nolan. La comédie de Greta Gerwig sur Barbie, pourtant arrivée en tête des nominations avec dix citations, rapporte à la maison deux prix plutôt modestes: meilleur blockbuster et chanson originale.

Le palmarès a été complètement atomisé par Oppenheimer de Christopher Nolan. Le portrait du tourmenté créateur de la bombe atomique s’adjuge cinq statuettes, dont les plus prestigieuses: meilleur film dramatique, meilleur réalisateur, meilleure musique, meilleur acteur pour Cillian Murphy dans la peau du physicien et meilleur second rôle pour son ennemi juré campé par Robert Downey Jr. Ému, Christopher Nolan a eu une pensée sur le podium pour le défunt Heath Ledger qu’il avait dirigé dans Batman: The Dark Knight. «La dernière fois que je suis monté sur cette scène, c’était pour recevoir en son nom son trophée. Ce fut un moment compliqué pour moi. Ce soir-là, je me rappelle avoir croisé le regard plein de compassion et d’amour de Robert Downey Jr. C’est le même regard qu’il pose sur moi aujourd’hui», a souligné le cinéaste, qualifié de «visionnaire à la rigueur sans égale» par sa star Cillian Murphy.

À la surprise générale, les trois cents critiques internationaux et américains membres des Golden Globes ont opté pour un palmarès concentré, plutôt que de disperser les prix. Oppenheimer est le grand gagnant incontesté d’une soirée ponctuée de doublés qui met en ordre de bataille les favoris de cette saison des prix. Reste à savoir si les autres cérémonies précurseurs des Oscars (les SAG et PGA awards) suivront une trajectoire toute aussi rectiligne ou offriront des coups de poker.

La belle nuit de Justine Triet

Dans les sections comédies, Barbie s’est incliné systématiquement face à la satire baroque de Yorgos Lantimos Pauvres Créatures , déjà repartie de la Mostra de Venise avec le lion d’or. Cette variation féminine sur la figure de Frankenstein a remporté le prix de la meilleure comédie et de la meilleure actrice pour l’incandescente Emma Stone. Son héroïne découvrant les plaisirs de la chair et de la vie a soufflé la mise à Margot Robbie, dont le personnage connait un réveil et une émancipation beaucoup plus sage dans Barbie. La blonde comédienne et Greta Gerwig ont pu tout de même prendre la parole en recevant le prix du box-office au nez de Taylor Swift, en lice pour la captation de son concert. Margot Robbie a remercié les organisateurs d’avoir créé un prix honorant les fans. Et a salué le public de Barbie, «revenu en masse dans les salles obscures, souvent déguisé».

Comédie de Noël douce-amère se déroulant au sein d’un pensionnat de la Nouvelle Angleterre dans les Seventies, Winter Break d’Alexander Payne a permis le triomphe de ses interprètes. Prof bougon et alcoolique, Paul Giamatti est sacré meilleur acteur de comédie tandis que sa partenaire Da’Vine Joy Randolph, cuisinière grande gueule ayant perdu son fils au Vietnam, a triomphé dans la catégorie second rôle.

Justine Triet peut partir confiante dans sa quête de nominations aux Oscars MARIO ANZUONI / REUTERS

Autre doublé et non des moindres Anatomie d’une chute . La palme d’or de Justine Triet a remporté coup sur coup la statuette du meilleur film étranger (prouesse que le film ne pourra répéter aux Oscars puisque le CNC a soutenu La Passion de Dodin Bouffant ) et celle du meilleur scénario. Un exploit alors que les concurrents s’appelaient Oppenheimer, Barbie ou Killers of the Flower Moon. «Lorsque nous avons commencé à écrire ce projet avec mon compagnon de vie et de travail Arthur Harari, nous étions en pleine pandémie, coincés dans notre appartement et étrangement , personne n’est mort», a plaisanté la réalisatrice française. Et de se souvenir :«Nous répétions le texte et on se disait : d’accord on s’amuse beaucoup mais c’est bien trop radical et sombre. Personne n’ira voir ce film. C’est trop long, ils parlent tout le temps, il n’y a pas assez de musique, un couple qui se bat, un suicide, un chien qui vomit. Mais je voulais faire ce film. Je ne sais pas exactement comment les choses se sont enchaînées mais je suis si contente. J’ai pu faire exactement ce que j’aime». En lice dans les catégories meilleur film dramatique et meilleure actrice, Anatomie d’une chute a concédé la défaite face à Oppenheimer et Lily Gladstone, prodige de Killers of the Flower Moon.

Barbie et Maestro perdent de leur lustre

Seconde cérémonie la plus prestigieuse à Hollywood après les Oscars, les Golden Globes, malgré les scandales, est une étape importante et un tremplin médiatique crucial dans la quête de nominations aux Oscars le 23 janvier prochain. À l’issue de ce dimanche, Barbie a perdu de son panache. Tout comme la jolie fable Past Lives -Nos vies d’avant de Céline Song. Maestro ,le biopic de Bradley Cooper sur le compositeur et chef d’orchestre Leonard Bernstein sur lequel misait Netflix pour briller, est aussi reparti bredouille. La plateforme n’a pas eu plus de succès avec son portrait de la nageuse Diana Nyad dans Insubmersible. Mais la firme de Los Gatos peut se consoler avec les prix reçus côté séries où ont brillé la minisérie Acharnés et The Crown.

Lily Gladstone a commencé son discours en blackeet, sa langue natale. MARIO ANZUONI / REUTERS

En lice à sept reprises, la grande tragédie Killers Of The Flower Moon de Martin Scorsese sauve les meubles. Rien pour les monstres sacrés Leonardo DiCaprio et Robert de Niro. Mais la révélation de la saga, la comédienne issue de la tribu blackfeet Lily Gladstone, s’est vue couronnée meilleur actrice dramatique pour ce récit du massacre des Osage. C’est la première fois qu’un artiste autochtone reçoit un prix d’interprétation. L’événement historique n’a pas échappé à la lauréate qui a dédié son Golden Globes à tous les enfants des réserves et des premières nations en quête de représentation. «Ils peuvent enfin entendre nos histoires racontées avec nos propres mots et langues. Nous avons des alliés dans l’industrie à qui nous pouvons faire confiance».

Cérémonie atone

Un discours aussi applaudi que celui d’Emma Stone. «À mes yeux, Pauvres Créatures est une comédie romantique. Mon personnage Bella tombe amoureuse non pas d’un homme mais de la vie en elle-même, les belles choses, comme les aspects plus petits ou hideux. J’essaie désormais d’adopter sa philosophie», a confié la vedette de La La Land. De quoi ranimer une soirée assez atone, marqué par des remerciements assez convenus et des plaisanteries tièdes. Recruté en urgence et à la dernière minute, le maître de cérémonie, l’humoriste Jo Koy, a bien eu du mal à dérider son public de stars.

Palmarès cinéma des Golden Globes

L’équipe de Pauvres Créatures Yorgos Lanthimos, Emma Stone, Willem Dafoe, Mark Ruffalo et Ramy Youssef MARIO ANZUONI / REUTERS
  • Meilleur film dramatique: Oppenheimer de Christopher Nolan
  • Meilleure comédie ou comédie musicale: Pauvres Créatures de Yorgos Lanthimos
  • Meilleur acteur dans un film dramatique: Cillian Murphy, Oppenheimer
  • Meilleure actrice dans un film dramatique: Lily Gladstone, Killers of the Flower Moon
  • Meilleur acteur dans une comédie: Paul Giamatti, Winter Break
  • Meilleure actrice dans une comédie: Emma Stone, Pauvres Créatures
  • Meilleur acteur dans un second rôle: Robert Downey Jr, Oppenheimer
  • Meilleure actrice dans un second rôle: Da’vine Joy Randolph, Winter Break
  • Meilleur réalisateur: Christopher Nolan, Oppenheimer
  • Meilleur film en langue étrangère: Anatomie d’une Chute de Justine Triet
  • Meilleur film d’animation: Le Garçon et le Héron de Hayao Miyazaki
  • Meilleur scénario: Anatomie d’une Chute, écrit par Justine Triet et Arthur Harari

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes