«Il ne faut pas qu’on le célèbre» : les films avec Depardieu ne sont plus les bienvenus sur France Télévisions

Share

Gérard Depardieu à la première allemande du film Umami, dont il avait été écarté de la promotion en avril 2023. DDP Images / DDP Images/ABACA

Directeur du cinéma et du développement international pour le groupe public, Manuel Alduy a clarifié sa position vis-à-vis de l’acteur dans un numéro de «Complément d’enquête» diffusé jeudi 7 décembre.

Il apparaissait encore en octobre 2022, dans la mini-série de France 2, Diane de Poitiers . Son amie Josée Dayan, qui le défend bec et ongles, le dirigeait dans le rôle de Nostradamus. Son interprète n’a sans doute pas prophétisé la tempête qui se lève et pourrait porter un sérieux coup de boutoir à sa carrière. Déjà écarté de la promotion du film Umami en avril, Gérard Depardieu n’est désormais plus le bienvenu sur le service public, poids lourd de la production du cinéma français. Manuel Alduy, directeur du cinéma et du développement international de France Télévisions, l’a confirmé dans le magazine d’investigation de France 2 «Complément d’enquête» : «Il ne faut pas qu’on célèbre Gérard Depardieu. Ce n’est juste pas possible.»

Manuel Alduy a précisé la position du groupe dans l’émission diffusée jeudi 7 décembre, que nous avons pu visionner en avant-première : «La mise en accusation collective par une quinzaine de femmes, début 2023, a eu pour conséquence immédiate pour nous de revoir nos plans de diffusion.» Il fait ici référence à l’enquête de Mediapart d’avril 2023 relayant des témoignages d’agressions ou de comportements déplacés. Qui s’ajoutaient à une plainte pour viols déposée par Charlotte Arnould en 2018. «Nous avons mis en pause les éventuels projets qu’on nous soumettrait avec Gérard Depardieu», ajoute-t-il. Des conséquences qui portent donc autant sur le passage à l’antenne de films que sur la production de longs-métrages dans lesquels participerait le comédien.

Écarté de la promotion d’un film

Ce n’est pas la première fois que Manuel Alduy exprime la position de France Télévisions à l’égard du «cas» Depardieu, qui fait l’objet d’une nouvelle plainte pour agression sexuelle depuis le mois de septembre. Mais celle-ci semble s’être durcie sur le volet des productions. En avril dernier, après la publication de l’enquête de Mediapart, il répondait au Parisien : « On continuera de diffuser des films avec Gérard Depardieu car la censure est trop dangereuse et un film est une œuvre collective.» Avant d’expliquer : « On pourra participer à un film avec Depardieu mais en s’assurant auprès du producteur que les conditions sont réunies pour que tout se passe bien. »

Si Gérard Depardieu a participé aux promotions de ses films sortis en 2022, Maigret et Les Volets verts, la publication de l’enquête de Mediapart a percuté la sortie d’Umami de Slony Sow, en avril 2023, dans lequel il incarnait un chef cuisinier sur le retour. Les producteurs ont ainsi préféré l’écarter de la promotion. Dans un communiqué, ils disaient apporter leur «soutien à toutes les victimes de violence ou de harcèlement sexuels». L’acteur trouvera-t-il à l’avenir des chaînes françaises pour produire puis diffuser les films ou les documentaires, pour certains déjà tournés, dans lesquels il apparaît ?

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes