Jean-Christophe Buisson: «Le pire des mondes»

Share

CHRONIQUE – Féroce, drôle, politiquement très incorrect, tel est le film à sketches de Laurent Firode, Le Monde d’après 3.

Cet article est issu du Figaro Magazine

Soyons honnête: sans la recommandation d’un ami cher et la critique furax de Télérama parlant d’un film où «l’anarchisme de droite carbure ici au pire de l’humour façon boomer, avec des coups portés en priorité aux militantes écologistes» il n’est pas sûr que nous serions allé voir le troisième volet du Monde d’après de Laurent Firode, sorti dans quelques salles la semaine dernière.

Nous aurions eu grand tort et ne pas en parler eût été une faute professionnelle tant il est réjouissant, singulier et réussi. Cette série de sketches plus ou moins liés les uns aux autres parlent certes des Khmers verts, mais pas seulement. Ils se moquent, avec une férocité, une ironie, un cynisme et un humour noir (bref: une liberté) dignes de Desproges ou Proust (Gaspard), de tout ce que notre époque peut produire de ridicule, de désespérant ou de dangereux.

Un film réjouissant, singulier et réussi

Qu’y voit-on? Deux pintades des villes véganes se filmant dans un champ avant qu’un coq ne vienne perturber leurs…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 57% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes