Notre critique de Moi capitaine: Garrone échoue avec les migrants

Share

Seydou (Seydou Sarr) est embarqué dans une éprouvante traversée du désert avant d’embarquer en Méditerranée pour rejoindre l’Italie. Greta De Lazzaris

CRITIQUE – Le réalisateur italien met en scène deux Sénégalais en route pour l’Europe. Mais évite la noirceur et nie le réel.

Moi capitaine serait signé des frères Dardenne, on saurait à quoi s’attendre. Viol, torture et mort à l’arrivée, le périple de deux jeunes migrants africains ressemblerait à un long calvaire. Venant de Matteo Garrone, on ne sait pas trop sur quel pied danser, tant le réalisateur romain a œuvré dans tous les genres – film criminel avec Gomorra, satire avec Reality, conte avec Pinocchio. Mais Garrone est un Italien, autrement dit un Français (ou un Belge) de bonne humeur. Si le drame des migrants ne prête guère à l’optimisme, Garrone semble vouloir garder espoir envers et contre tout.

Drame humain

Le voyage de Seydou et Moussa, deux Sénégalais de 16 ans, partis de Dakar pour rejoindre clandestinement l’Europe, n’a rien d’une promenade de santé. Garrone filme l’éprouvante traversée du désert ou la torture dans les geôles libyennes, même si celle-ci reste quasiment hors champ. «Face à un sujet si délicat et dramatique, j’ai veillé à créer la mise en scène la plus sobre et dépouillée qui soit, pour éviter…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 58% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

Table of contents

En savoir plus

Nouvelles récentes