Notre critique de Past Lives – Nos vies d’avant: l’amitié sans état d’âme

Share

Hae Sung (Teo Yoo) et Nora (Greta Lee). Past Lives

CRITIQUE – Pour son premier film, Céline Song offre une magnifique collision entre passé et présent.

Assis au comptoir d’un bar new-yorkais, un trio plongé dans un conciliabule sérieux détonne: une femme (Greta Lee), entourée d’un homme asiatique (Teo Yoo) comme elle, et d’un autre homme caucasien cette fois (John Magaro). Celui-ci laisse surtout les deux autres parler. Qui sont-ils les uns pour les autres? Amants, amis, collègues? Cette curiosité qui assaille les autres clients tourmente aussi le spectateur qui ne ressortira pas indemne de Past Lives – Nos vies d’avant, magnifique premier film de la dramaturge canado-coréenne Céline Song. Aussi délicat et dévastateur qu’une nouvelle de Stefan Zweig.

Jusqu’à leurs 12 ans, Nora et Hae Sung ont été des amis d’enfance inséparables dans leur Séoul natal. Le lien se rompt lorsque les parents de Nora s’expatrient au Canada. À 20 ans, les ex-écoliers se retrouvent par la magie de Facebook. Le dialogue reprend mais se disloque vite sur la barrière des écrans et de la distance. Douze ans plus tard, Hae Sung est de passage dans la Grosse Pomme, où…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes