Notre critique de Pour mon mariage: un air de famille

Share

Oury Milshtein, qui fut marié à la fille d’Enrico Macias, nous fait entrer dans sa vie sur un air de comédie avec à travers des images d’archives familiales. Iliade et Films – Eagles Team Entertainment

CRITIQUE – À partir d’images d’archives, le producteur Oury Milshtein retrace sa vie, dont son premier mariage avec la fille d’Enrico Macias. Un mélange d’autodérision et d’émotion.

Le film s’ouvre au cimetière du Père-Lachaise, sur la tombe de son psychanalyste où Oury Milshtein s’arrête régulièrement pour lui livrer ses confessions. «Ça continue à me faire du bien et ça ne me coûte pas cher.» Dès les premières minutes, dans ce tête-à-tête avec un mort, le ton est donné, entre l’introspection intime et une joyeuse bravade contre la fatalité portée par un humour juif à la Woody Allen. Oury Milshtein n’a jamais fait de films mais il produit depuis plus de quarante ans ceux d’Agnès Varda, de Costa-Gavras, d’Arnaud Desplechin ou de François Ozon.

Avec Pour ton mariage, il franchit, à 66 ans, le pas de la réalisation comme un droit d’inventaire qu’il s’autorise enfin après le décès récent de ses parents. Objet complètement hybride, ce documentaire nous plonge dans son histoire personnelle à travers des images d’archives familiales exhumées et remontées façon puzzle en un film très émouvant, comme une thérapie face caméra marquée par la maladie et la disparition, à 14 ans…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes