Notre critique des Filles vont bien: conte d’été solaire

Share

Les filles vont bien, un marivaudage bucolique qui rappelle Éric Rohmer dans son enchanteresse simplicité. Arizona Films Distribution

CRITIQUE – Des comédiennes se retrouvent à la campagne pour répéter une pièce. un film plein de charme.

Il y a trois ans, Eva en août, magnifique film de Jonas Trueba, révélait en France Itsaso Arana. Coscénariste, elle interprétait aussi le rôle principal, celui d’une jeune femme que l’on suivait dans ses pérégrinations à Madrid. En passant derrière la caméra avec Les filles vont bien, son premier long-métrage, la comédienne espagnole s’affirme décidément comme un talent à suivre de près.

Difficile de ne pas tomber sous le charme de ces quatre comédiennes et de leur metteuse en scène (qu’elle interprète), vraie bande d’amies dans la vie, réunies pendant une semaine dans une maison à la campagne pour préparer une pièce de théâtre. La vieille bâtisse est chaleureuse, la lumière douce. La torpeur estivale appelle aux confidences, aux longues soirées sous les étoiles et aux balades les pieds dans l’eau. La joie des retrouvailles se mêle aussi au plaisir du jeu qui se prolonge dans des discussions animées.

Une toile impressionniste

Autour d’une table dans le jardin, devant un brasero ou dans leur théâtre improvisé – une…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

Table of contents

En savoir plus

Nouvelles récentes