Notre critique d’Un silence: les lourds secrets de famille

Share

Daniel Auteuil incarne un avocat très médiatisé, qui défend une affaire de pédophilie doublée d’inceste.
Les films du losange

CRITIQUE – Joachim Lafosse décrit, sans pathos et avec beaucoup de sobriété, le poids du déni dans un foyer dominé par un père manipulateur incarné par Daniel Auteuil.

Il existe des silences plus fracassants que bien des bruits. Ce Silence-là est comme une déflagration étouffée à combustion lente qui ronge depuis trente ans Astrid (Emmanuelle Devos), mère de famille et femme d’un avocat renommé dans une petite ville de province (Daniel Auteuil). On la découvre effondrée dans sa voiture, alors qu’elle se rend au commissariat où leur fils a été arrêté. Que s’est-il passé? Dans ce film saisissant, entre thriller psychologique et drame intimiste sur le poids des secrets, c’est ce que va nous révéler Joachim Lafosse à travers un flash-back qui nous replonge quelques jours avant les faits.

Avant même l’explosion du drame, les tensions sont palpables dans la grande maison bourgeoise où la famille cohabite plus qu’elle ne vit, quasi retranchée. La fille aînée, désormais adulte, est partie depuis longtemps et refuse de revenir. Reste le père, François, au centre de l’attention médiatique alors qu’il organise une marche blanche en hommage à deux jeunes filles disparues…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes