«On est sur un petit nuage»: l’émotion des producteurs d’Anatomie d’une chute après leurs deux prix aux Golden Globes

Share

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Le long-métrage de Justine Triet, qui a décroché la palme d’or 2023, s’est imposé cette nuit à Los Angeles dans les catégories du meilleur film en langue étrangère et meilleur scénario.

«C’est vraiment dingue». Marie-Ange Luciani et David Thion, les producteurs d’Anatomie d’une chute , ont partagé leur joie sur BFMTV, quelques instants après que le long-métrage ait remporté deux Golden Globes dans la nuit du 7 au 8 janvier, pour le meilleur film étranger et pour le meilleur scénario. La réalisation de Justine Triet avait déjà décroché la palme d’Or 2023 à Cannes.

«On est sur un petit nuage, c’était vraiment dingue. Quand on est entrés dans la cérémonie on s’est dit: “Est-ce qu’on peut gagner?” Et quand le nom de Justine Triet est prononcé deux fois, c’est vraiment une émotion dingue», a rapporté Marie-Ange Luciani à BFMTV. Son associé David Thion a quant à lui du mal à réaliser l’exploit. «On peut dire qu’on était outsider, parce qu’on était quand même entouré de grands noms et de films qui ont excessivement bien marché», a-t-il déclaré à France Info .

Anatomie d’une chute raconte le procès d’une écrivaine accusée du meurtre de son mari. Tout le long du film, le public assiste à la dégringolade du couple. Et pour la productrice, si le long-métrage a séduit, c’est peut-être parce que «la question du couple est universelle» et qu’elle «touche tout le monde». «La question du couple est sans doute centrale, dans un cadre judiciaire, ça explique que le film est très prenant et touche un public assez large», a également précisé à BFMTV le second producteur.

Remerciements de Justine Triet

Après avoir reçu son premier trophée et quelques minutes avant d’en recevoir un deuxième, la réalisatrice Justine Triet a livré un discours de remerciements sur la scène des Golden Globes. «Lorsque nous avons commencé à écrire ce projet avec mon compagnon de vie et de travail Arthur Harari, nous étions en pleine pandémie, coincés dans notre appartement, et étrangement, personne n’est mort», a-t-elle plaisanté.

«Je me souviens qu’on se disait : “D’accord, on s’amuse beaucoup, mais c’est bien trop radical et sombre. Personne n’ira voir ce film. C’est trop long, ils parlent tout le temps, il n’y a pas assez de musique, un couple qui se bat, un suicide, un chien qui vomit.” Mais je voulais faire ce film, a-t-elle poursuivi. Je ne sais pas exactement comment les choses se sont enchaînées mais je suis si contente. J’ai pu faire exactement ce que j’aime.»

«Les Oscars, c’est possible»

Après le sacre d’Anatomie d’une chute aux Golden Globes, les producteurs du film ne ferment pas la porte à une statuette aux Oscars. «Ce soir, on est comme des enfants cinéphiles, il y avait beaucoup d’acteurs et actrices qu’on admire, dont Meryl Streep, qui a dit des choses incroyables. Quand on voit ça, on se dit que oui c’est possible pourquoi pas», a souligné à BFMTV Marie-Ange Luciani.

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes