Critique de « Godzilla Minus One » : le retour de la franchise Toho insuffle une nouvelle vie passionnante à la plus grande star du Japon

Share

Après d’innombrables variations et suites, ainsi que des versions majeures des studios hollywoodiens, Toho est de retour aux commandes pour la première fois depuis 2016 avec une nouvelle version du joueur de 70 ans Godzilla franchise, une série cohérente bien plus longue que Bond et à peu près tout le reste. La très bonne nouvelle ici est que juste au moment où vous pensiez qu’il n’y avait rien de nouveau à voir avec le lézard géant qui aime piétiner les villes et tous leurs habitants, arrive ce qu’on pourrait appeler le premier film d’art de Godzilla – ou du moins un où les humains sont en fait tridimensionnels et reconnaissables.

En scénariste-réalisateur et superviseur VFX Takashi Yamazaki(Le zéro éternel) Entre les mains, le temps d’écran de Godzilla s’ajoute à un tour de soutien supplémentaire pour les humains dont la vie est profondément affectée par sa réémergence. Et contrairement à tous les films précédents, y compris l’irrésistible original d’Ishiro Honda de 1954, celui-ci n’est pas doublé en anglais. Godzilla moins un c’est aussi pour la première fois un période morceau. Il se trouve aussi que c’est un chef-d’œuvre, une aventure palpitante, une histoire d’amour, une épopée de guerre, un drame psychologique et, oh oui, film de monstre. Je ne m’y attendais pas, mais ça Godzilla tire à plein régime.

Situé à la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous rencontrons pour la première fois le pilote Koichi Shikishima (Ryunosuke Kamiki) atterrissant sur l’île japonaise d’Odo en simulant un problème de moteur. Mais ses collègues découvrent bientôt qu’il s’agit en réalité d’un kamikaze pilote qui a maintenant de profonds problèmes de ne pas remplir ses fonctions et de rester parmi les vivants. Les choses empirent rapidement avec la première apparition de notre star titre, qui émerge de l’océan pour menacer toute trace d’humanité sur l’île. Lorsqu’on lui demande d’utiliser la capacité du canon de son avion pour tuer le monstre piétinant, il échoue, et le résultat est la mort de presque tout le monde, à l’exception d’un chef mécanicien en colère, Tachibana (Munetaka Aoki).

De retour au service post-militaire dans la brume dans un Tokyo bombardé, nous voyons qu’il s’agit d’un homme perturbé souffrant entre autres du SSPT. Une locale lui en déchire un nouveau lorsqu’elle apprend qu’il était un kamikaze pilote, mais j’ai quand même dû revenir alors que tant de gens sont morts pendant la guerre. Il rencontre une jeune femme nommée Noriko (Minami Hamabe) qui s’occupe d’une petite fille orpheline nommée Akiko. Avec l’aide d’une voisine plus âgée, Sumiko (Sakura Ando), il rejoint Noriko et Akiko et commence une nouvelle vie en essayant de reconstruire la zone détruite. Il ne s’agit pas d’une romance gonflée, mais néanmoins d’une relation crédible. Par chance, il finit par trouver un emploi sur un bateau dragueur de mines et passe beaucoup de temps avec l’équipage animé sur l’océan à désamorcer les mines laissées par la guerre.

Les mois passent en 1946, et les États-Unis commencent leurs essais nucléaires sur l’île de Bikini, et devinez qui réapparaît, maintenant véritablement radioactif, illuminé et prêt à l’action ? La séquence qui suit rappelle à bien des égards davantage Mâchoires que cette franchise car l’équipage du bateau mal équipé doit combattre Godzilla. On s’attend presque à ce que quelqu’un dise « nous allons avoir besoin d’un plus gros bateau » à tout moment.

Plus tard, Koichi se réveille dans une chambre d’hôpital de Tokyo, ignorant le sort de ses amis mais déterminé à avertir Noriko qu’ils doivent faire savoir à la ville que ce redoutable monstre s’y dirige. Lorsque Godzilla arrive, l’enfer se déchaîne sur une ville qui pensait que cela ne pouvait pas être pire que la guerre. C’est le cas, alors que Yamazaki place ses caméras sur la créature ramassant des trains de voyageurs entiers, des citoyens courant pour sauver leur vie et d’autres charmants clichés de l’imagerie cinématographique pré-informatique. Amusant. La question demeure : Koichi va-t-il enfin arrêter la guerre qui se déroule en lui-même et faire ce qui est juste pour le peuple ? Il y a un plan, et cela implique ceci kamikaze Top Gun dans la mission de sa vie.

Le tournage du film juste après la Seconde Guerre mondiale au Japon, qui est encore le seul centre de population à avoir connu la tragédie du lancement d’une bombe atomique sur lui, est inspiré. Godzilla a toujours représenté le côté obscur, le résultat de ce que nous nous sommes fait. Le combattre, c’est toujours sauver notre propre humanité de ce monstre fait de déchets nucléaires et du pire de ce que nous faisons à la planète. Ce n’est pas un spoil de suggérer, comme toujours, que nous n’avons pas vu la dernière chose dont Godzilla est capable. Si quoi que ce soit, Godzilla moins zéro est l’entrée de l’homme pensant dans la franchise et celle qui ouvre de nouvelles portes.

Ce film a tout pour plaire, et avec un budget de 15 millions de dollars, j’ai découvert que l’économie engendre l’ingéniosité. Les scènes d’action et même Godzilla lui-même dépassent ce que les effets beaucoup plus coûteux des redémarrages de Warner Bros. et Sony Godzilla ont fait avec toute cette technologie et CGI disponibles. C’est juste beaucoup plus amusant de voir ce que Yamazaki fait ici, moins sophistiqué et même avec un charmant clin d’œil aux entrées précédentes, euh, moins avisées de la vénérable série. Le jeu des acteurs est également excellent, avec Kamiki livrant une performance émouvante et émouvante dans le rôle principal et les autres stars apportant un excellent soutien, notamment Hamabe dans le rôle de Noriko.

La partition de Naoki Sato est exceptionnelle et, montrant de l’affection là où tout a commencé, il y a également une douce utilisation du thème Godzilla original de l’icône musicale Akira Ifukube.

Les producteurs sont Minami Ichikawa, Kazauki Kishida, Keiichiro Moriya et Kenji Yamada.

Titre: Godzilla moins zéro
Distributeur: Toho
Date de sortie: 1er décembre 2023 (États-Unis ; ouvert le 3 novembre au Japon)
Réalisateur-scénariste : Takashi Yamazaki
Casting: Ryunosuke Kamiki, Munetaka Aoki, Minami Hamabe, Sakura Ando, ​​Kuranosuke Sasaki, Hidetaka Yoshioka
Notation: PG-13
Durée de fonctionnement : 2 h 5 min

Content Source: deadline.com

En savoir plus

Nouvelles récentes