Critique de « Oh, Canada » : Richard Gere et son cinéaste de « American Gigolo » Paul Schrader se réunissent pour un drame réfléchissant sur la vérité, les regrets et la mortalité – Festival de Cannes

Share

Difficile de croire que cela fait 44 ans Paul Schrader et étoile Richard Geré ont travaillé ensemble pour la dernière fois sur le film phare des années 1980 Gigolo américain, un film qui est devenu non seulement une pierre angulaire de la célèbre carrière de Gere, mais aussi celui de Schrader comme l’un de ses premiers crédits de réalisation. Bien sûr, il a écrit quelques-uns des grands scénarios, notamment dans sa collaboration avec Martin Scorsese sur Raging Bull, La dernière tentation du Christ et Conducteur de taxi. Mais c’est ce qui l’intéresse aujourd’hui, un demi-siècle plus tard, en tant que scénariste-réalisateur, qui continue de fasciner.

Ces dernières années, cela a inclus des œuvres insulaires comme Le Compteur de Cartes, Maître Jardinier et le acclamé par la critique Premier réformé. Il est maintenant revenu à ce qu’il appelle une « mosaïque », en l’occurrence un film composé de morceaux d’une vie examinés au microscope cinématographique à différentes périodes, tous entrant et sortant de l’esprit d’un homme en train de mourir. mais toujours assez lucide pour dire les vérités de sa vie alors que le temps presse, certaines révélées pour la première fois alors qu’il est aux prises avec la moralité et la mortalité.

C’est un thème complexe, mais Schrader, en seulement 95 minutes, parvient à nous emmener dans le voyage de la vie d’un cinéaste documentaire, Leonard Fife (Gere), alors qu’il s’assoit pour un entretien avec un autre cinéaste, Malcolm (Michael Impérioli), ancien élève, et raconte son histoire. C’est un film que Schrader présente visuellement via le présent et des flashbacks – quatre périodes en fait, avec deux acteurs, Gere comme l’aîné et Jacob Elordi comme le jeune Fife, jouant l’homme à différentes périodes, même dans certains cas où les versions plus âgée et plus jeune entrent en collision.

L’idée de traiter de la fin de la vie et d’affronter la vérité de front devant une caméra est certainement intrigante, notamment parce que Fife est lui-même un créateur de documentaires, un homme habitué à mettre des vies réelles à l’écran, même s’il n’est pas toujours à faire face. aux réalités de ses propres transgressions passées et de ses actions douteuses. Alors qu’il est assis, il insiste sur le fait que sa femme (et productrice) Emma (Uma Thurman) étant là à regarder, elle et nous découvrons des choses peut-être longtemps cachées – des liaisons, des éloignements, des décisions angoissantes, des vérités enfouies – au fil de l’interview.

EN RAPPORT: Festival de Cannes Photos

L’idée de Schrader est venue de son ami et auteur Russell Banks qui était dans un état d’esprit similaire et a écrit un livre, Renoncement, qui a inspiré le scénario de Schrader, qui n’a pas été terminé avant le décès de Banks. En fait, Banks avait demandé à Schrader de revenir au titre original de son livre, à savoir « Oh, Canada », avec lequel il n’était pas en mesure de le publier. Les banques avaient d’ailleurs également écrit Afflictionque Schrader a transformé en un excellent film de 1997 qui a valu à James Coburn l’Oscar du second rôle.

Schrader et son directeur de la photographie Andrew Wonder emploient également au moins quatre formats d’image différents, ainsi que des palettes de couleurs et de noir et blanc, pour représenter les différentes périodes commençant par les années 60, une période de grands conflits avec la guerre du Vietnam qui fait rage et un projet de loterie qui présente le jeune Fife est confronté à une énigme morale : servir ou fuir au Canada, une décision qui devient compliquée pour lui avec une jeune Alicia (Kristine Froseth), alors épouse, enceinte, et d’autres responsabilités. Il entre et sort de cette période avec l’ancien Fife de Gere échangeant des places avec le jeune Fife d’Elordi.

C’était une époque où des jeunes hommes qui n’avaient peut-être pas eu de chance avec leurs numéros de loterie devaient prendre des décisions difficiles quant au risque de mourir dans une guerre injuste lointaine. Mais il y a tellement d’autres choses à découvrir dans cette mosaïque et je me suis retrouvé à en vouloir plus, ce qui est rare car en général, je pense que les films en général sont beaucoup trop longs de nos jours. Il y a une scène particulièrement déchirante et bien jouée des années plus tard alors que le fils de Leonard, Cornel (Zach Shaffer), affronte son père éloigné devant une Emma qui ne le sait pas. Des personnages comme celui-ci apparaissent et disparaissent, mais aucun des acteurs secondaires ne bénéficie du genre de temps d’écran qui pourrait donner à leurs personnages beaucoup de dimension. Cela reste à Gere, Elordi et Thurman, et dans une moindre mesure à Imperioli.

Schrader a l’habitude de faire des films de rechange, mais celui-ci, de par sa nature même, est joué sur un terrain plus large, bien qu’il n’y ait pas de budget de studio pour vraiment l’ouvrir à la portée que méritent le matériel et le livre, peut-être comme Schrader et Gere l’avaient tous fait. il y a des années avec Gigolo américain. C’est un petit film, mais vital grâce certainement à Gere qui a récemment, comme Schrader, beaucoup travaillé dans des films indépendants et donné de superbes performances (voir le criminel sous-estimé normand pour un exemple). Il est encore une fois tout simplement superbe ici, décrivant tous les aspects de cet homme regardant en arrière, malheureusement la seule direction qu’il lui reste à explorer.

Elordi s’en sort bien aussi, suggérant juste assez pour nous faire croire qu’il est le jeune Leonard. En fait, si quelqu’un cherche à faire un remake de Gigolo américain, c’est ton mec. Thurman est également excellente ici dans un rôle qu’elle donne vie malgré le fait qu’il s’agit d’une femme qui la plupart du temps regarde simplement de côté. Elle parvient à tout dire avec ses yeux : le souci pour son mari et mentor, l’empathie et la surprise, tout ce que le rôle exige.

Si rien d’autre Oh, le Canada est stimulant et utile. Peut-être que cela pourrait même inciter d’autres personnes à examiner leur propre vie avant qu’il ne soit trop tard pour le faire.

Il recherche une distribution. Les producteurs sont Tiffany Boyle, Luisa Law, Meghan Hanlon, Scott Lastaiti et David Gonzales. D’après mon estimation, il y en a 39 (!) autres avec des titres de producteur exécutif, prouvant ainsi qu’il n’est jamais facile de réaliser ces films indépendants.

Titre: Oh, le Canada
Festival: Cannes (Concours)
Réalisateur-scénariste : Paul Schrader
Casting: Richard Gere, Uma Thurman, Jacob Elordi, Michael Imperioli, Zach Shaffer, Kristine Froseth, Jake Weary
Agent de ventes: WME Indépendant
Durée de fonctionnement : 1 h 35 min

Content Source: deadline.com

En savoir plus

Nouvelles récentes