Critique de « The Apprentice »: Sebastian Stan et Jeremy Strong s’envolent dans le rôle du jeune Donald Trump et de son impitoyable mentor Roy Cohn dans une histoire diabolique – Festival de Cannes

Share

Ne vous méprenez pas sur le titre L’apprenti. C’est pas une version cinématographique de la série de télé-réalité NBC en quelque sorte, mais plutôt une histoire d’origine intelligente, pointue et surprenante de l’homme qui l’a hébergée. Dans ce cas, le véritable « apprenti » est Donald Trumpcélèbre promoteur immobilier, ancien président des États-Unis et actuel candidat présumé du GOP pour 2024.

Mais le Trump politique n’est pas dans le réalisateur irano-danois Ali AbbassiLe film captivant de Trump se concentre plutôt sur une période spécifique de la vie de Trump au début des années 70, alors qu’il avait la vingtaine et luttait pour se faire un nom dans le monde de l’immobilier à New York. Mais il ne s’agit pas seulement de lui : il s’agit également de sa relation unique avec son avocat, le célèbre Roy Cohn, souvent qualifié de vicieux, cruel, impitoyable et sadique, un avocat impitoyable qui gagnerait à tout prix. Les cinéastes ont cité des films comme Cowboy de minuit, Frankenstein et Barry Lyndon comme source d’inspiration partielle pour leur approche, cette dernière sur un grimpeur social du XVIIIe siècle qui ne représente rien lui-même.

Trump et Cohn deviendraient un couple étrange, s’aidant mutuellement à atteindre leurs objectifs finaux à l’époque. Que est l’histoire de L’apprentiqui a fait sa première mondiale en compétition au Cannes Film Festival lundi et a toujours ses droits de distribution aux États-Unis à vendre.

Sera-t-il vendu et sortira-t-il avant les élections de novembre ? Nous verrons bien, mais ce n’est pas un coup dur pour Trump, et en fait, compte tenu de l’homme de 77 ans que nous voyons aujourd’hui aux rassemblements MAGA et somnolant dans les salles d’audience pour défendre ses actes d’accusation pour diverses accusations, notamment le déclenchement d’une insurrection pour renverser les élections de 2020. Au lieu de cela, il présente une personne quelque peu motivée mais maladroite, un homme luttant pour l’approbation d’un père dur à cuire, incertain mais déterminé à réussir et même parfois étrangement charmant. Oui, j’ai dit ça. Cohn, responsable de l’aide à la répréhensible croisade anticommuniste du sénateur Joseph McCarthy dans les années 50 et de l’arrestation des espions condamnés Ethel et Julius Rosenberg, était l’homme qui tirait les ficelles – jusqu’à ce qu’il ne le soit plus. Considérez-le comme un tordu Pygmalion avec Cohn tutorant et formant Trump comme Henry Higgins l’a fait avec Eliza Dolittle.

« Où est mon Roy Cohn? » Trump a prononcé un jour après une tirade sur un avocat actuel dont il n’était pas satisfait. Cohn (Jérémie Fort) a été son premier fixateur et a essentiellement adopté l’inquiétant Trump (Sébastien Stan) après l’avoir repéré nerveux et seul dans le club exclusif de New York dans lequel Trump s’est faufilé. Il l’a pris sous son aile et lui a inculqué les trois règles d’or selon lesquelles il vivait, qui, compte tenu du Trump d’aujourd’hui, sont pour le moins prophétiques. Règle 1 : Attaque. Attaque. Attaque. Règle 2 : Ne rien admettre. Niez tout. Règle 3 : revendiquez toujours la victoire et n’admettez jamais la défaite.

C’est sur cette dernière question que Cohn a insisté avant tout comme étant la chose la plus importante à retenir. Il a également déclaré à Trump que personne n’aime les perdants. « Tout le monde veut sucer la bite d’un gagnant », dit-il à Trump, qui a convaincu son père au cœur froid Fred Trump (Martin Donovan) qu’ils avaient besoin d’un avocat comme Cohn pour prendre en charge une affaire que le DOJ avait lancée concernant leurs lotissements (après avoir été inculpé pour discrimination envers les locataires noirs). À sa manière inimitable, il a amené le gouvernement à accepter un règlement sans amende, le rendant ainsi attachant aux yeux de Donald. « Il faut être prêt à faire n’importe quoi à n’importe qui pour gagner », dit Cohn.

EN RAPPORT: Photos du Festival de Cannes, jour 7 : Demi Moore, Oliver Stone, Studio Ghibli Honor et plus

L’avocat habille même son mentoré, né dans le Queens ; pas exactement le bon terreau. « Est-ce que ça va être un gars de Flushing ou de la 5e Avenue ? » demande-t-il, obtenant une réponse affirmative sur ce dernier. Il le met ensuite au téléphone avec un New York Times chroniqueur de société, et le résultat est un article bouffant comparant son apparence à Robert Redford et le qualifiant de prometteur. L’une des leçons clés de Cohn est de toujours courir après la presse, d’être dans les journaux tous les jours.

Trump a commencé à gravir les échelons, Cohn l’amenant à une fête avec Rupert Murdoch, George Steinbrenner et d’autres, lui disant avec effronterie (et maintenant ironiquement avec le recul) : « Si vous êtes inculpé, vous êtes invité ». Cohn lui-même avait été dans une situation délicate sur le plan juridique pour évasion fiscale et avait également affaire à des personnages louches de la pègre, mais il savait comment aider Trump à réaliser ses rêves d’achever la Trump Tower, essentiellement en truquant une réunion de la commission de planification pour obtenir un abattement fiscal de 160 millions de dollars pour lequel Trump mendiait.

EN RAPPORT: Deadline Studio au Festival de Cannes 2024 – Cate Blanchett, Jena Malone, Kevin Costner, Sienna Miller et plus

Par ailleurs, il l’a présenté à un ami, Roger Stone (Mark Rendall), dont la « spécialité » sont les sales tours et qui vante le slogan de campagne du candidat Ronald Reagan « rendons à l’Amérique sa grandeur » (un slogan que Trump s’appropriera plus tard lorsqu’il s’est présenté à la présidence). Et lorsque le toit du tout premier hôtel entièrement en béton de New York, encore inachevé, est incendié, Cohn amène Trump à une réunion avec certains de ses clients de la mafia qui offrent à Trump un moment de venue à Jésus exigeant le « putain de un gars concret »est payé. Trump est déjà connu pour ne pas payer ses ouvriers du bâtiment.

Le côté personnel de Trump est également visible ici alors qu’il poursuit sans cesse Ivana (Maria Bakalova) pour un rendez-vous et après plusieurs refus, elle finit par s’épuiser. Ils se marient, après qu’elle ait d’abord refusé de signer le prénuptial absurde que Cohn avait rédigé (elle le fera plus tard), et c’est tout à fait une occasion sociale. Elle devient sa partenaire dans la conception criarde de la Trump Tower. Ils ont des enfants, mais avant même que la Trump Tower ne soit achevée, il a jeté son dévolu sur les casinos d’Atlantic City, convainquant Cohn qu’il sait ce qu’il fait (ils ont tous fait faillite par la suite). Le mariage s’est également détérioré, l’infidèle Trump admettant à Ivana qu’il n’était plus attiré par elle après qu’elle semblait initialement d’humeur à faire l’amour. Elle se déchaîne, le traitant de gros, laid, chauve et au visage orange. S’ensuit une rencontre physique au cours de laquelle ils ont des relations sexuelles intenses sur le sol. Que ce soit consensuel ou non est pour le moins discutable et susceptible de susciter une controverse, en particulier à la lumière des accusations d’agression sexuelle et du procès E. Jean Carroll qu’il a perdu. La connaissance publique de ces procès (pas dans le film) pourrait donner une idée de l’opinion du spectateur. Cela semble violent cependant.

Le film montre son côté le plus sombre, cette scène incluse, à mesure qu’il change, devenant lui-même plus impitoyable – même envers Cohn, en croisant son avocat dont le partenaire a contracté le SIDA et avait besoin d’aide pour obtenir une chambre au Hyatt ; Trump a accepté à contrecœur, mais lui a ensuite envoyé une facture. Bientôt, Cohn lui-même contracte le sida, mais ils se réconcilient lorsque Trump vient à son anniversaire avec un cadeau de boutons de manchette en « diamant » sur lesquels est écrit « Trump ». Ivana dit plus tard à Roy qu’ils étaient faux.

Ce premier scénario exceptionnellement bien documenté de Gabriel Sherman, qui avait dressé le profil de Trump dans diverses publications et pensait que l’histoire Trump-Cohn ferait un bon film, s’est révélé être une histoire qui est essentiellement un accord faustien entre les deux. Bien qu’ils aient tous deux été décrits comme des monstres dans des cercles différents, ils font ici l’objet d’un traitement véritablement empathique, au moins en partie et au moins dans une tentative de nous montrer ce qui a conduit au changement historique en Amérique, et pourraient bien se poursuivre dans une histoire dont la fin a été décrite. reste à écrire.

Trump n’a jamais semblé aussi humain, car ses premières années le montrent comme un homme essayant désespérément d’obtenir l’approbation de son père tout en essayant en même temps de sortir de son ombre. Progressivement, le film de deux heures le montre en train de faire exactement cela, mais perdant également une partie de son humanité dans le processus. Je ne qualifierais pas le portrait de flatteur, mais ce n’est pas un travail de hache – peut-être en partie à cause d’un réalisateur étranger qui ne connaissait même pas Trump avant de descendre ces escaliers pour annoncer sa candidature à la présidence en 2015. est de montrer l’étoffe de cet homme, et non ce qu’il deviendra plus tard – quelle que soit votre opinion sur cet homme. J’ai le sentiment que sa base d’électeurs, ceux qu’il a extraits de sous un rocher, pourrait regarder ces premières années et donner son approbation, avec les défauts et tout. Ironiquement, la première image du film est celle de Richard Nixon jurant « Je ne suis pas un escroc ». L’intention des cinéastes avec ce choix est certainement intrigante.

Stan se glisse dans le rôle, suggérant le jeune Trump sans s’aventurer dans un SNL-comme une usurpation d’identité. Il le capture avec précision et crédibilité tout au long. Cohn a été représenté dans d’autres projets comme Al Pacino dans Anges en Amérique, mais Strong est un casting idéal, qui met tout en œuvre et livre un portrait en trois dimensions de cet homme compliqué. Bakalova est excellente dans ses quelques scènes, tout comme Donovan dans le rôle du père Fred qui tente très tôt d’expliquer qu’il n’est pas raciste. « Comment puis-je être raciste quand j’ai un chauffeur noir ? » » demande-t-il à table tout en réprimandant ses fils. Charlie Carrick dans le rôle de Fred Jr., le frère aîné de Trump, est également très bien, montrant un homme qui ne pouvait tout simplement pas être à la hauteur des attentes de son père. Les scènes entre les deux frères et sœurs montrent que Donald a au moins quelques empathie.

Mention spéciale au travail de coiffure, de maquillage et de prothèses sans couture de Sean Samsom, qui n’attire jamais l’attention sur lui-même.

Les producteurs sont Daniel Bekerman, Jacob Jarek, Ruth Treacy et Julianne Forde, Louis Tisne et Abbasi.

Titre: L’apprenti
Festival: Cannes (Compétition)
Directeur: Ali Abbassi
Scénariste : Gabriel Sherman
Casting: Sebastian Stan, Jeremy Strong, Maria Bakalova, Martin Donovan, Charlie Carrick, Mark Rendall
Agent de ventes: Science des fusées
Durée de fonctionnement : 2 heures

Content Source: deadline.com

En savoir plus

Nouvelles récentes