Critique de « The Teacher’s Lounge » : Leonie Benesch offre une performance torride dans une entrée captivante et pertinente aux Oscars allemands

Share

La candidature officielle allemande à l’Oscar du meilleur film international est un thriller insulaire et palpitant se déroulant dans les limites d’une école qui, à des fins cinématographiques, se double d’un microcosme de la société en général vers 2023 où les faits n’ont pas d’importance, la désinformation est endémique, les soupçons sont brûlants, les divisions sont profondes, le racisme pointe toujours sa vilaine tête, et personne ne peut savoir exactement où, et même s’ils le sont. vouloir pour se adapter à.

Un succès critique qui a débuté à Berlindale, puis qui a fait l’objet de nombreuses discussions aux festivals de Telluride, de Toronto et de l’AFI, ce film fascinant est un Jungle de tableau noir d’un ton différent, mais qui met toujours un doigt critique sur nos institutions éducatives à travers la portée humaine. Le fait qu’il soit tourné (par la directrice de la photographie Judity Kaufmann) dans un format claustrophobe de 4:3 ne fait qu’ajouter à la tension créée par le co-scénariste (avec Johannes Duncker) et réalisateur Ilker Catak (un ancien étudiant lauréat d’un Oscar), ce dernier duo incorporant certaines de leurs propres expériences en tant que camarades de classe, mais sur une toile beaucoup plus dangereuse et explosive ici.

Carla Nowak est le genre d’enseignante idéaliste qui arrive dans sa nouvelle école et sa classe de septième année, désireuse de laisser sa marque, que nous avons vu dans de nombreux films de À monsieur avec amour à En haut de l’escalier du bas et d’innombrables autres. Cependant, les problèmes ne tardent pas à apparaître sous la forme d’une série de vols, suivis d’accusations et d’enquêtes, ce que sa personnalité idéaliste veut tenir à distance, mais malheureusement poussé de manière agressive par des enseignants plus expérimentés, dont Thomas Liebenwenda (Michael Klammer). ) et quelques-uns de ses collègues (Sarah Bauerett, Rafael Stachoviak). Forçant les représentants du conseil étudiant Jenny (Antonia Kuppen) et Lucas (Oscar Zickur) à dire la vérité avec un suspect qu’ils peuvent inculper, le couple finit par céder en abandonnant – au hasard – Ali Yilmaz (Can Rodenbotel), ce qui indigne même ses parents avec des soupçons de racisme. car une fouille dans son portefeuille a révélé une grande somme d’argent que ses parents prétendent lui avoir donnée.

Les rencontres avec les professeurs et la directrice pas si forte Bettina Bohm (Anne-Kathrin Gummich) ne satisfont pas Carla qui a également remarqué des événements louches dans la salle des professeurs avec des objets volés. Elle décide secrètement de découvrir le coupable en laissant derrière elle son portefeuille et son manteau ainsi que son ordinateur portable qu’elle a configuré pour enregistrer tout vol potentiel. Cela fonctionne mais nous ne voyons pas le visage, seulement clairement le bras d’une femme et un chemisier à pois très distinctif, qu’elle reconnaît comme appartenant à la chef de bureau Mme Kuhn (une formidable Eva Lobau) qui se trouve également être la mère d’Oskar (Leonard Stettnisch), un étudiant primé que Carla s’intéresse particulièrement à l’éducation. Lorsque Mme Kuhn devient la accusé, elle le nie immédiatement, les colères et la tension atteignent un point d’ébullition, même avec le poids du journal des étudiants de l’école, et l’enfer se déchaîne de manière choquante.

Catak sait comment nous tenir en haleine face à cette communauté brisée, et ne la laisse jamais devenir incontrôlable, en la centrant sur l’espoir transformé en indignation et en consternation de Carla alors qu’elle se plonge dans toute cette triste affaire, une vision de où non seulement l’éducation allemande s’effondre, mais où elle est malheureusement universelle.

Le salon des professeurs est à ne pas manquer.

Titre: Le salon des professeurs

Distributeur: Les classiques de Sony Pictures

Date de sortie: 25 décembre 2023

Directeur: Ilker Catak

Scénario: Ilker Catak, Johannes Duncker

Casting: Léonie BeneschEva Lobau, Michael Klammer, Leonard Stettnisch, Anne-Kathrin Gummich, Can Rodenbostel, Antonia Kupper, Oscar Zickur, Rafael Stachoviak, Sarah Bauerett

Durée : 1 heure et 38 minutes

Content Source: deadline.com

En savoir plus

Nouvelles récentes