Critique de « Tim Burton Untitled Docuseries » : une représentation perspicace du perturbateur gothique d’Hollywood – Tribeca Film Festival

Share

Cette série documentaire en quatre parties, jusqu’à présent sans titre, sur l’ascension et l’ascension du réalisateur le moins probable d’Hollywood commence par un hommage de Christophe Walken ce sera très difficile pour les trois prochains versements de correspondre. Dans cet inimitable… sta-cc-a-to WAY… de lui, le Creux endormi La star se souvient que son ancien professeur de danse lui avait dit : « Chris, montre-moi quelque chose que je n’ai jamais vu auparavant. Et c’est ce que fait Tim. À chaque fois. »

Quel que soit le critère de mesure, c’est une barre haute et, au moins pour la première heure de cette série documentaire, l’hyperbole est justifiée : Tim Burton39 ans de carrière de long métrage — on imagine la sortie imminente de Jus de BeetleJus de Beetle a dû saboter la belle ronde 40 – garder les téléspectateurs collés aux trois prochains est une autre affaire. Mais même si le documentaire de Tara Wood est clairement du côté du réalisateur, il retrace de manière convaincante l’ascension la plus improbable des étrangers vers le sommet sans jamais réécrire l’histoire pour la recadrer comme une joyeuse histoire de David et Goliath – en fait, c’est à peu près dans ta face à propos de ça. Après tout, c’est le type qui, enfant, gribouillait paresseusement le Spoodle (moitié araignée, moitié caniche), et dont le professeur d’art à l’école, même si elle l’encourageait, aurait pu être un peu intimidé par sa créativité macabre ( « Tout ce qu’on ne peut pas imaginer, il l’a dessiné »).

Pour ceux qui ont abandonné l’univers Burton de plus en plus poli et style-over-script qui s’est installé après Planète des singes (2001), le document de Wood est un rappel bienvenu à quel point il était un perturbateur à l’époque. Né sous le soleil de Burbank, en 1958, dans des circonstances des plus gothiques, Burton a lutté contre la mauvaise fortune d’une existence polie et suburbaine d’une manière qui semble aujourd’hui encore plus étrange qu’elle n’aurait pu le faire à l’époque. Ses apparitions d’acteur dans ses courts métrages Super-8 (dont un mémorable le voit se faire manger vivant par un pouf) peuvent désormais sembler en contradiction avec sa réputation de timide devant la caméra, mais son avenir en tant que réalisateur commence à prendre plus de sens avec sa confiance croissante en tant que réalisateur. un animateur, notamment avec son film étudiant de 1979 Tige du monstre céleri.

Ce qui est arrivé ensuite à Burton doit sûrement être un document en préparation, sinon à propos de lui en soi mais de la culture de Walt Disney Productions, où il a été presque immédiatement embauché comme apprenti. Après la mort de Walt en 1966, les cadres intermédiaires s’installèrent et le département d’animation était depuis étouffé. Burton lui-même n’est pas une voix dans cet épisode (à part les archives), mais Helena Bonham Carter parle pour lui en disant : « Il détestait son séjour à Disney. » Il est clair cependant qu’il était inspiré là-bas. Nous entendons parler des Nine Old Men, qui ont travaillé avec Disney des années 20 aux années 80 et, malgré l’écart d’âge, étaient tout aussi frustrés que Burton. En tout cas, les années Disney sont une période bizarre dans son CV, puisque, malgré toutes ses plaintes, elles a fait financer ses films de carte de visite, Vincent (1982) et Frankenweenie (1984).

En peu de temps, cela nous amène à sa carrière cinématographique de la fin des années 80, en commençant par La grande aventure des pipispuis le coup surprise Jus de Beetleet le grand pas en avant presque inimaginable vers Homme chauve-souris. Bien qu’il y ait quelques conversations franches ici – notamment de la part de son compositeur habituel Danny Elfman, qui fournit également la musique du titre parfaitement globale de la série – nous sommes maintenant dans le territoire traditionnel des docs parlants. Ceci, en soi, n’est pas une mauvaise chose, surtout quand une ancienne « misérable star de la télévision » (ce ne sont pas ses propres mots) Johnny Depp se souvient de sa nervosité en réalisant qu’il affrontait Tom Hanks, Michael Jackson et, le plus surprenant de tous, Tom Cruise pour Edward Scissorhands. Mais est-ce que cela peut durer ?

Il est difficile de juger à partir d’un seul épisode, mais, à tout le moins, Burton est un très bon exemple de réalisateur à suivre dans le système des studios. La théorie de l’auteur est pratiquement conçue pour lui ; un réalisateur qui n’a que des crédits d’histoire et de personnages sur ses films (pour l’instant), et pourtant on sait très bien qui les a réalisés. Pour cela, au moins, un coup de chapeau est dû – et cette série documentaire est là pour cela.

Titre: « Docu-séries sans titre de Tim Burton » (épisode 1)
Festival: Tribeca (MAINTENANT Projection spéciale)
Directeur: Tara Bois
Agent de ventes: Cinquième saison
Durée de fonctionnement : 1h 5min

Content Source: deadline.com

En savoir plus

Nouvelles récentes