Revue « appropriée » de Broadway : Sarah Paulson ébranle les chevrons de l’histoire dans une production puissante

Share

Faites attention à ces cigales bruyantes et ennuyeuses : elles semblent avoir une histoire à raconter.

Du moins, ils le font dans Branden Jacobs-Jenkins superbe, merveilleusement interprété Appropriéla production de la deuxième scène s’ouvre ce soir au Helen Hayes Theatre avec l’un des meilleurs acteurs – dirigé par un étonnant Sarah Paulson – sur Broadway.

Un drame familial époustouflant réalisé par Lila Neugebauer (qui correspond facilement à son travail exemplaire dans le film de 2018 La galerie Waverly), Approprié est une méchante cacophonie de mystère déchirant, de vieux ressentiments et de comédie hilarante – cette dernière étant d’autant plus remarquable qu’elle se situe dans une histoire sur les horreurs les plus sombres de l’héritage américain.

Des héritages qui, comme Approprié le démontre si efficacement, ne peut pas rester enterré longtemps, malgré tous les efforts déployés. Comme ces cigales, dont on nous rappelle qu’elles restent sous terre pendant 13 ans avant d’envahir notre surface, la haine, tout comme les secrets et les rancunes, a une façon de se faire connaître.

Situé à l’été 2011 – avant Black Lives Matter, avant même que l’Amérique blanche ait commencé à assimiler le vocabulaire de l’appropriation culturelle – Approprié rassemble un trio de frères et sœurs pour la plupart séparés alors qu’ils se reconnectent pour s’occuper de la succession de leur défunt père – une ancienne maison de plantation dans l’Arkansas, rien de moins, une maison massive et en détérioration occupée par divers membres élargis de la famille Lafayette depuis de très nombreuses générations.

Paulson, Elle Fanning

Jeanne Marcus

Les ventes de biens immobiliers et les décès de chefs de famille hors scène sont toujours propices au drame, en particulier dans le genre des querelles de survivants, mais Approprié amène le scénario vers de nouveaux sommets. Mais d’abord, rencontrons la famille : il y a le frère aîné Toni (Paulson), dont la colère et les explosions cruelles n’ont d’égale que son allégeance aveugle à son défunt père.

Michael Esper, Stoll, Paulson

Jeanne Marcus

Le prochain sur la liste est Bo (Corey Stoll), longtemps aux poches profondes de la famille mais maintenant dans une situation financière désastreuse. Il est d’humeur plus égale que sa sœur Toni, du moins jusqu’à ce qu’il ne le soit plus.

Ensuite, il y a Frank, ou Franz, ou quel que soit le nom que se donne le paria très troublé de la famille Lafayette ces jours-ci. Incarné avec talent par Michael Esper, Franz est MIA depuis une dizaine d’années, menant ce qui semble être une lutte enfin réussie contre la sobriété après un crime passé qui ne se fait connaître que progressivement au public.

Ce voyage très cahoteux est accompagné de Rhys (Graham Campbell), le fils adolescent de Toni, plutôt silencieux et très troublé – ce mot est incontournable lorsqu’il s’agit des Lafayette – ; Rachael (Natalie Gold), l’épouse juive de Bo qui ne connaît que trop bien le sectarisme qui bourdonne dans les murs mêmes de la maison en ruine ; River (Elle Fanning), la fiancée beaucoup plus jeune de Franz dont les nouveaux bromures hippies vieillissants semblent étrangement pointus ; et Cassidy (Alyssa Emily Marvin), fille précoce de 13 ans de Bo et Rachel, qui jouera un rôle crucial dans la résurrection de certains de ces secrets de famille en décomposition.

Enfin, il y a le petit Ainsley (joué lors de la performance révisée de Lincoln Cohen), qui se déchaîne principalement dans la vieille maison – et qui livre l’un des moments de clôture de l’acte I les plus surprenants de mémoire récente.

Jouant sur un immense décor à deux niveaux magnifiquement conçu par le collectif dots, Approprié se présente dès le début comme un combat aérien familial assez standard pour de l’argent avant de prendre une tournure résolument horrible. Un album photo est découvert parmi les vieux détritus de papa, et il n’est pas rempli des habituels polaroïds souriants : l’album contient des photos de Noirs lynchés. Et ce n’est même pas la découverte la plus horrible que l’on puisse trouver cachée dans les coins et recoins de l’ancienne plantation.

Esper, Graham Campbell

Jeanne Marcus

Les sinistres artefacts appartenaient-ils à papa ? Où ont-ils laissé derrière eux d’autres ancêtres ? Si oui, pourquoi papa les a-t-il gardés ? Ces questions alimentent la bataille familiale qui s’ensuit, alors que chaque personnage lutte pour accepter – ou non – un héritage inextricablement lié à l’histoire la plus laide de l’Amérique. Et attendez simplement que l’un des personnages se rende compte que les artefacts pourraient valoir beaucoup d’argent pour le bon collectionneur.

Révéler davantage de l’intrigue – et il y a bien plus – reviendrait à gâcher une grande partie de la puissance de la pièce, il est donc préférable de se concentrer ici sur les personnages et les performances des acteurs. Dans le rôle de Toni, Paulson, mieux connue des téléspectateurs pour elle histoire d’horreur américaine rôles de franchise mais depuis longtemps un favori parmi les amateurs de théâtre new-yorkais, est sans ménagement dans sa méchanceté. Toni se prend pour une diseuse de vérité, et c’est le cas dans une large mesure, mais elle est également inconsciente des vérités trop proches, des secrets de son défunt père à la haine qui se cache sous la surface du silence de son fils adolescent.

Le reste du casting tient largement tête à la tornade de performance de Paulson. Comme Bo, Stoll (Château de cartes) prend ce qui pourrait être le personnage le moins intéressant – le pacificateur supposément éclairé, à court d’argent, devenu attrapeur – et trouve les nuances que Jacobs-Jenkins plante comme autant de petites mauvaises herbes.

Natalie Gold, Stoll

Joan Marcus

Esper, évoquant par moments sa performance mémorable en tant que harceleur effrayant dans la comédie musicale de David Bowie Lazarenous laisse deviner tout au long Approprié quant à la vraie nature de Franz : récupéré et réformé ? Ou l’odieux prédateur que Toni jure être ?

Aussi bien que les époux (ou bientôt), Gold (Rava Roy dans Succession) et Fanning (Catherine la Grande dans Hulu’s Le grand) franchissent la limite – enfin, la foulent aux pieds, le plus souvent – ​​entre observer et participer au combat familial, ce qui montre clairement l’argument de Jacobs-Jenkins selon lequel les péchés de l’histoire ternissent même ceux qui pensent regarder à distance.

Campbell, dans un formidable début à Broadway dans le rôle de Rhys, sombre et prêt à exploser, et Marvin (qui a presque volé le titre de la saison dernière) Maison Grise comme le fantôme d’une victime de l’Holocauste), capturent l’entre-deux des jeunes Lafayettes, des adolescents qui portent les péchés de leurs pères et grands-pères dans leur être même. Approprié ne les épargne pas pour leur jeunesse, mais peut-être, juste peut-être, offre-t-il aux jeunes cousins ​​un moment de grâce et de possibilité.

Mais pas l’absolution. L’avenir, Approprié le suggère, est chargé d’un passé aussi solide qu’un arbre sanglant, un point rendu manifeste dans un superbe coup de théâtre qui se déroule après que chaque Lafayette ait quitté la scène. Dans une explosion de bruit (ces cigales encore, entre autres intrusions sonores, gracieuseté des concepteurs sonores Bray Poor et Will Pickens), les signaux lumineux effrayants de Jane Cox et la transformation de la plantation de points de délabrée à décrépite, Approprié offre une fin remarquable par sa force émotionnelle et époustouflante par sa mise en scène. Neugebauer, Jacobs-Jenkins et leur très belle distribution ressuscitent les esprits de l’histoire et les laissent abandonnés, bruyants, implacables et ne menant nulle part de si tôt.

Titre: Approprié
Lieu: Théâtre Helen Hayes de Broadway
Écrit par: Branden Jacobs-Jenkins
Dirigé par: Lila Neugebauer
Casting: Sarah Paulson, Corey Stoll, Michael Esper, Natalie Gold, Elle Fanning, Graham Campbell, Alyssa
Emily Marvin, Lincoln Cohen/Everett sobres
Durée de fonctionnement : 2h45 (entracte compris)

Content Source: deadline.com

En savoir plus

Nouvelles récentes