Centenaire Callas: et si Paris se dotait d’un musée pour sauver l’héritage de la diva ?

Share

AVANT-PREMIÈRE – Enregistrements, photos, lettres et costumes issus de la collection personnelle de la cantatrice constituent le cœur d’un fonds de dotation créé par Tom Volf. Il cherche un lieu pérenne pour en préserver le souvenir.

« Aviez-vous peur ? », demande le journaliste à la diva à la fin du film Callas-Paris 1958 ? « Bien sûr ! », répond celle-ci, d’une voix qui chante un peu et roule très gracieusement les « r ». « Les Français voulaient tout et moi je voulais donner plus que tout. » Derniers aveux avant que la Divine ne quitte le sol d’Île-de-France par voie des airs, avec son chien en laisse et son chignon pris dans un bibi aubergine. Ce film est incontournable, autant que le récital qu’il montre : le 19 décembre 1958, la Callas est au Palais Garnier pour donner un récital au profit des œuvres de la Légion d’honneur. Le 2 janvier de la même année, elle a fait scandale à Rome en quittant le Teatro de Opera où elle chantait Norma. Sa voix s’est brisée, elle n’est pas revenue après l’entracte. Le président de la République était dans la salle. La presse a hurlé au caprice et à l’affront. Callas avait juste une bronchite aiguë.

À Paris, quelques mois plus tard, elle doit chanter des extraits…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

Black Friday

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes