Christoph Waltz: «Le meilleur que ce monde ait à offrir, c’est la musique!»

Share

«Je suis très intéressé par les opéras qui ont des éléments psychologiques forts», dit Christoph Waltz, qui met en scène Le Chevalier à la rose au Grand Théâtre de Genève. François Bouchon / Le Figaro

ENTRETIEN – L’acteur hollywoodien, célèbre pour ses rôles de méchants, remet sur le métier, dix ans après sa création, sa mise en scène du «Chevalier à la rose» au Grand Théâtre de Genève. Confessions d’un inconditionnel d’opéra.

Révélé dans Inglourious Basterds de Tarantino, abonné aux rôles de méchants de Hollywood (de Django Unchained aux derniers James Bond ), l’acteur, dont l’enfance fut bercée par le théâtre, est un fan invétéré d’opéra. Après Falstaff, en 2017, et Fidelio, en 2020, il remet sur le métier sa première mise en scène d’opéra, créée il y a dix ans à l’Opéra de Flandres: Le Chevalier à la rose, qu’il reprend au Grand Théâtre de Genève. Rencontre.

LE FIGARO. – Presque dix ans après, jour pour jour, vous remettez sur le métier votre première mise en scène d’opéra. Ces dix ans ont-ils changé votre vision du Chevalier à la rose?

Christoph WALTZ. –Question intéressante, car le temps qui passe est un élément important de cet opéra. Au niveau de la narration – on songe au personnage de la Maréchale -, mais aussi dans son esprit: à la création en 1911, Richard Strauss et Hugo von Hofmannsthal choisissent de placer cette histoire au milieu du XVIIIe siècle, assumant cent cinquante ans d’évolution avec l’intention…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes