Critique | Un petit show de Noël avec Étienne Coppée

Share

À Lac-Mégantic, l’esprit de Noël était partout dans l’air, dans les rues enneigées, comme autour du feu aux abords de la Chapelle du Rang 1. Mais c’est à l’intérieur du petit et accueillant édifice, en compagnie d’Étienne Coppée et de ses amis, que l’on sentait au plus fort la douceur réconfortante du temps des Fêtes.




C’était le Petit show de Noël d’Étienne Coppée, jeudi, à la Chapelle. Ce spectacle, il l’amènera à Montréal cette semaine, mais il l’a conçu ici, à Lac-Mégantic. Entouré de ses amis, des musiciens de grand talent, l’auteur-compositeur-interprète a monté un concert qu’il a intitulé Petit show et qui a été exactement cela : un moment réunissant quelques dizaines de personnes seulement dans le public, dans un lieu exigu, mais charmant, sur une scène presque au niveau du sol où les musiciens déambulent en faisant toujours attention de ne pas faire basculer l’un des nombreux instruments.

Étienne Coppée a précisé au début de la performance la façon dont il voyait ce spectacle de Noël, qu’il présentait trois soirs de suite à l’invitation de la famille Lavallée, propriétaire de la Chapelle : c’est comme une réunion de famille et les gens sur scène sont les « cousins qui savent chanter ». Dans cet esprit, on a assisté à un moment qui a été musicalement enlevant et émouvant, mais qui a aussi eu quelques fois ce côté gentiment désordonné. C’est ce qu’il voulait créer. Quelque chose qui n’est pas encombré de fioritures, pour laisser toute la place aux mélodies.

PHOTO CLAUDE GRENIER, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Bruno St-Laurent, Raphaël Pépin-Tanguay, Flavie Melançon et Étienne Coppée

Avec Étienne Coppée sur scène, Flavie Melançon (aux voix, un apport essentiel à la performance), Raphaël Pépin-Tanguay, Bruno St-Laurent (aux multiples instruments), l’auteure Elkahna Talbi et l’auteure-compositrice-interprète Marie-Pierre Arthur. Parce qu’il s’agissait d’un spectacle en formule carte blanche, Étienne Coppée a décidé de ne pas juste présenter des chansons de Noël, d’y aller comme on y va quand on se réunit dans une famille musicale et qu’on chante la pièce qui nous vient en tête. Avec ces « chansons hors répertoire », ses comparses et lui ont réussi à donner un rythme agréable au concert.

C’est tout de même la musique de Noël qui a surtout rempli les oreilles et le cœur des spectateurs. En commençant par une superbe interprétation d’Ave Maria, réunissant tous les musiciens au centre de la scène autour du même micro. À cet instant déjà, ils ont mis de l’avant ce qui fera la grande force de tout le spectacle : les harmonies vocales.

Elkahna Talbi a ensuite pris l’avant-scène pour déclamer un texte de spoken word, ce qu’elle fera plusieurs fois encore ensuite, entrecoupant les moments musicaux, souvent accompagnée par le piano d’Étienne Coppée en arrière-plan. Chaque fois, le public a paru charmé par les mots de Talbi, qui a parlé de Noël, de l’amour, des relations qui durent et de celles qui durent parfois moins.

PHOTO CLAUDE GRENIER, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Elkahna Talbi

Un beau retour

Étienne Coppée n’avait pas donné de concert depuis environ un an. Il avait pris une pause « dont [il] avait besoin », nous a-t-il expliqué. Ce retour sur scène, dans ce contexte, semblait tout indiqué pour se remettre dans le bain. Il a avoué ressentir un certain stress, qu’on imagine bien, mais qui n’a jamais vraiment paru. Il était entouré d’amis, sous le regard bienveillant d’un public venu passer un doux moment. Et les autres musiciens ont magnifiquement participé à ce spectacle qui portait le nom d’Étienne Coppée en grand sur l’affiche, mais qui était un effort collectif où chacun avait son tour à l’avant-scène ou liait joliment sa voix à celle des autres. L’union de tous les talents face à nous a amené de la magie dans l’air.

Noël blanc, Promenade en traîneau, Trois anges, Joyeux Noël, 23 décembre, All I Want for Christmas et plusieurs autres : le choix de chansons était judicieux, l’interprétation était enchanteresse. On a aussi laissé place à Ça va changer le monde, All Right (de Marie-Pierre Arthur), Demain il fera beau.

PHOTO CLAUDE GRENIER, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Marie-Pierre Arthur et Flavie Melançon

Entre les chansons, Étienne Coppée a été sympathique et attachant. L’ambiance, dans la salle et sur scène, était celle d’une communion, paisible, touchante. Un petit arrêt dans le temps où tout ce qui comptait était la musique, le moment présent. On a ri, on a chanté, on a pleuré aussi, dans la Chapelle du Rang 1. C’était beau.

Étienne Coppée et sa bande présenteront leur Petit show au Gesù, à Montréal, ce mardi, à 19 h.



Content Source: www.lapresse.ca

En savoir plus

Nouvelles récentes