Eddy de Pretto célèbre sa «dernière fête de trop» à l’Olympia

Share

NOUS Y ÉTIONS – Pour sa tournée Crash Cœur, le chanteur de 32 ans retrouve, le temps de deux soirées, la salle historique où il avait fait sa première apparition il y a six ans.

L’Olympia, ça fait toujours quelque chose. Eddy de Pretto, qui a déjà goûté les joies de la salle historique, ne dira pas le contraire. «Je suis tellement content d’être là, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu ici, lance-t-il au public, lundi soir, pour la première étape parisienne de sa tournée construite pour la sortie de Crash Cœur, son dernier album. On va passer une bête de soirée ensemble !»

Une caméra montée sur un drone, une épaisse fumée et un panneau publicitaire devant un écran géant en guise de décor : le dispositif, qui entend préserver «l’aspect généreux et humain d’un spectacle vivant» selon le chanteur, est maintenant bien rodé depuis le début de la tournée à Reims en février.

Les images défilent accompagnant chacune des chansons. Pour Papa $ucre, l’écran prend des allures de fausse publicité pour un dentifrice. Puis il devient un mur de flammes avec Quartier des Lunes, affiche le visage scintillant de Juliette Armanet pour le duo Eau de vie.

Si le public ne connaît pas tous les titres du dernier album, paru en novembre, il se montre très réactif aux premières notes des anciens tubes du chanteur. Il suffit de quelques secondes, à la fin de la soirée, pour que Fête de trop, sorti en 2018, embrase la salle. Sa carrière doit beaucoup à ce titre sombre, évoquant la drogue, l’alcool et la solitude que le chanteur a pu ressentir plus jeune. Il assure être «resté le même», six ans après, à peu de chose près. «Je fais la fête d’une autre manière maintenant, je me suis assagi, concède le chanteur de 32 ans. Mais ce soir on peut la faire une dernière fois cette fête de trop !»

Le concert de près de deux heures touche à sa fin. Love’n’Tendresse, titre phare de son album Crash Cœur dans lequel le chanteur se livre pour la première fois sur ses sentiments, vient clore le set, avant les rappels : deux derniers morceaux, dont une version piano voix d’Urgence 911, son titre en hommage à l’enseignante assassinée à Saint-Jean-de-Luz, en février 2023. «C’est un petit bonus après le générique de fin, témoigne Eddy de Pretto. Je ne fais pas ça à chaque fois, juste aux dates exceptionnelles.» «Quand est-ce qu’on se revoit ?», lance-t-il en conclusion sourire aux lèvres. Sûrement en décembre répondent les fans parisiens. Ce sera à Bercy, lors du grand concert qui doit achever sa tournée 2024.

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes