Hommage national à Karl Tremblay | « Les Cowboys font partie de nos vies »

Share

Ils ont bravé le froid pour assister à la cérémonie en hommage à Karl Tremblay au Centre Bell de Montréal, où il y avait plus de 14 000 personnes, mardi soir.



À l’approche de l’ouverture des portes, vers 18 h, la foule massée à l’extérieur s’est densifiée, mais elle s’est engouffrée dans l’amphithéâtre en quelques minutes. Les fans des Cowboys qui n’avaient pas réussi à mettre la main sur des billets avaient la possibilité de regarder la cérémonie dans le confort de leur foyer, sur la page Facebook du groupe.

Croisé dans la file, Jérôme s’était procuré des billets pour son père Patrick, un grand fan des Cowboys, et ses deux amis Georges et Hovig, « pour rendre hommage au groupe ». « Je ne les ai jamais vus en show, mais j’écoute leur musique dans mon char », nous a-t-il dit.


PHOTO CHARLES WILLIAM PELLETIER, COLLABORATION SPÉCIALE

Jean-François Pauzé, des Cowboys Fringants, devait prendre la parole au début de la cérémonie hommage.

Fait rarissime, les médias, exclus de la cérémonie d’hommage pour des raisons nébuleuses, et du même coup du Centre Bell, étaient massés à l’extérieur, sur le parvis de la cour Rio Tinto qui surplombe l’avenue des Canadiens-de-Montréal. Vers 19 h 45, près de 200 personnes suivaient le début de la cérémonie sur un écran géant installé à l’extérieur, bien emmitouflés dans leurs tuques et leurs foulards.

Vanessa était venue avec sa sœur Cassandra et sa famille. Il n’était pas question qu’elle rate cette cérémonie. « Les Cowboys font partie de nos vies, on voulait absolument leur rendre hommage. » Vanessa et sa sœur ont vu le groupe en spectacle plusieurs fois, la dernière fois à l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu. « Leur musique est toujours présente dans nos cœurs, elle ne disparaîtra jamais », nous a dit cette fan inconditionnelle.


PHOTO CHARLES WILLIAM PELLETIER, COLLABORATION SPÉCIALE

Les fans des Cowboys Fringants qui n’avaient pas pu se procurer de billets pour l’hommage au chanteur ont pu écouter la cérémonie à l’extérieur du Centre Bell.

Avant d’entrer au Centre Bell, vers 18 h 30, le premier ministre François Legault a pris le temps de s’adresser aux médias.

« Ce soir, on dit adieu à Karl, un homme qui a marqué le Québec, a-t-il commencé par dire. C’est incroyable ce qu’on a vu depuis son décès, une vague d’amour et de tristesse, c’est comme si des millions de Québécois avaient perdu quelqu’un de leur famille proche. Ce qu’on voit, c’est qu’avec les chansons des Cowboys, c’est toute la nation québécoise qui se reconnaît dans Karl. Mes pensées sont avec Marie-Annick, à qui j’ai parlé, et leurs deux filles, ça doit être tellement dur… C’est choquant de mourir aussi jeune, il y a ça aussi qui a marqué les Québécois. Donc on dit : merci, Karl, de rassembler les Québécois autour de valeurs qui nous unissent. »


PHOTO CHARLES WILLIAM PELLETIER, COLLABORATION SPÉCIALE

Le premier ministre François Legault

Le ministre de la Culture et des Communications, Mathieu Lacombe, était aussi présent. Il s’est dit heureux de pouvoir donner l’occasion aux Québécois qui voulaient rendre hommage à Karl Tremblay de pouvoir le faire. Il a qualifié l’hommage à venir de « festif, sobre et émotif ».

« Karl Tremblay symbolise Les Cowboys Fringants qui, 25 ans après sa création, est encore ensemble et au sommet de sa gloire, a-t-il souligné. C’est un groupe qui a donné à tellement de Québécois un sentiment de fierté. »

Le ministre Lacombe a ajouté que s’il faisait de la politique, ce n’était pas étranger au fait qu’il ait grandi avec la musique des Cowboys. « Le désir de s’engager, de s’indigner, c’est ça, les Cowboys. On doit faire plus, on doit faire mieux. »

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a témoigné pour sa part qu’elle n’avait jamais vu les Cowboys en spectacle, mais que leur musique jouait régulièrement chez elle, à la maison.

« À la lumière des hommages qui pleuvent, on voit à quel point la voix de Karl a marqué le Québec. » Quant à la musique du groupe, la mairesse l’a qualifiée de « festive », mais aussi empreinte d’une « saine colère ». « Il reste qu’il y a beaucoup de tendresse et de bienveillance dans leurs chansons, et je pense que c’est une qualité que les Québécois ont à cœur. »


PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le premier ministre a évoqué en partant la possibilité de réserver un terrain de L’Assomption à des parties de disc-golf, une des passions de Karl Tremblay.


PHOTO CHARLES WILLIAM PELLETIER, COLLABORATION SPÉCIALE

Le début officiel de la cérémonie était prévu pour 19 h 30.

Le drapeau du Québec de la tour centrale de l’hôtel du Parlement a été mis en berne à l’aube mardi. Un registre de condoléances a également été mis en ligne pour ceux qui voudraient offrir leurs condoléances à la famille. Il est ouvert jusqu’au 29 novembre.


PHOTO JOSIE DESMARAIS, ARCHIVES LA PRESSE

Karl Tremblay à l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, à la fin de l’été dernier

Karl Tremblay est mort le 15 novembre dernier à l’âge de 47 ans des suites d’un cancer de la prostate diagnostiqué en janvier 2020. Le chanteur des Cowboys Fringants avait annoncé sa maladie à l’été 2022. Sa mort a été suivie par une immense vague de sympathie à travers le Québec.

Le lendemain, le premier ministre François Legault avait proposé à la famille de Karl Tremblay d’organiser des funérailles nationales. « Je sens qu’il y a une grande demande de beaucoup de Québécois qui veulent rendre un dernier hommage à Karl », avait indiqué M. Legault.

La proposition avait été acceptée par sa conjointe Marie-Annick Lépine, qui avait toutefois souhaité que la cérémonie soit laïque.



Content Source: www.lapresse.ca

En savoir plus

Nouvelles récentes