Procès sur le meurtre de Tupac | Un ancien chef de gang bénéficie d’une libération sous caution

Share

(Las Vegas) Une juge du Nevada a fixé mardi à 750 000 $ la caution d’un ancien chef de gang de la région de Los Angeles accusé d’avoir orchestré le meurtre, en 1996, de la légende du hip-hop Tupac Shakur, affirmant qu’il pouvait être assigné à résidence avec surveillance électronique avant son procès sur une accusation de meurtre.


Les avocats commis d’office de Duane « Keffe D » Davis ont déclaré à l’Associated Press, après la décision de la juge, qu’ils pensaient que Davis pouvait verser ce montant. Ils avaient demandé une caution ne dépassant pas 100 000 $ et ont fait remarquer à la juge que les exigences de préparation d’une défense basée sur deux décennies de preuves pourraient nécessiter un report de la date actuelle du procès en juin.

Le procureur du comté de Clark, Steve Wolfson, a affirmé aux journalistes qu’il s’attend à ce que la juge du district du comté de Clark, Carli Kierny, tienne une « audience sur les sources » pour déterminer si l’argent déposé sous caution a été obtenu légalement. La juge n’a pas fixé de nouvelle date de procès, mais a demandé une vérification de l’état des lieux le 20 février.

Les procureurs Binu Palal et Marc DiGiacomo ont soutenu mardi que Davis n’avait jamais quitté la vie de gang, que ses 15 années d’aveux sur son rôle dans le meurtre de Tupac Shakur montraient qu’il était coupable de meurtre et qu’un appel téléphonique en prison en octobre suggérait qu’il représentait une menace pour les témoins.

« Il y a une constante, a plaidé M. Palal à la juge. M. Davis a toujours admis être l’architecte du meurtre. »

M. DiGiacomo a qualifié Davis de « très, très grand danger pour la communauté ».

La juge, dans sa décision, a reconnu que Davis « gagnait sa vie en parlant de sa vie passée en tant que chef des South Side Crips », un gang de rue de sa ville natale de Compton, en Californie, « et aussi du meurtre de M. Shakur en 2007 en détails graphiques ».

Robert Arroyo et son co-avocat Charles Cano ont fait valoir que la police et les procureurs auraient pu arrêter Davis il y a 15 ans, mais qu’ils ne l’ont pas fait, et que les procureurs s’étaient trompés dans leur interprétation de l’appel téléphonique de la prison et d’une liste de noms fournie à la famille de Davis. Les avocats de la défense ont déclaré que ce sont Davis et sa famille qui courent un risque.

M. Arroyo et M. Cano disent que leur client de 60 ans était en mauvaise santé après avoir lutté contre un cancer, qui est en rémission, et ont déclaré qu’il ne fuirait pas pour éviter son procès.

Ils ont également minimisé les preuves contre Davis, les considérant comme le produit d’histoires racontées par des témoins issus de gangs qui les rendaient peu crédibles, et ont souligné que l’accusation manquait de preuves, y compris l’arme et la voiture impliquées dans la fusillade en voiture qui a tué M. Shakur en septembre 1996.

Un mémoire et des entrevues sur le web

M. Arroyo s’est concentré mardi sur ce qu’il a appelé « la question évidente » datant de 2008 et 2009 – lorsque Davis s’est entretenu avec la police à Los Angeles et à Las Vegas. Il a ensuite écrit un mémoire révélateur en 2019 et a commencé à donner des entrevues sur les réseaux sociaux dans lesquelles il a décrit son rôle de chef de gang et de « tireur » dans la mort de M. Shakur.

« Si sa culpabilité est si écrasante, que s’est-il passé depuis 15 ans ?, a demandé M. Arroyo au tribunal mardi. Pourquoi avons-nous attendu 15 ans pour procéder à l’arrestation ? »

Davis a été arrêté le 29 septembre devant son domicile de la banlieue d’Henderson, que la police de Las Vegas avait perquisitionné à la mi-juillet. Il a plaidé non coupable en novembre pour meurtre au premier degré et a été emprisonné sans caution au centre de détention du comté de Clark à Las Vegas, où les appels téléphoniques des détenus sont régulièrement enregistrés. S’il est reconnu coupable lors du procès, il pourrait passer le reste de sa vie en prison.

M. Arroyo a indiqué mardi que les comptes de ses clients dans « le monde YouTube » accentuaient la violence pour attirer les téléspectateurs et gagner de l’argent.

« Les conflits font vendre, a soutenu M. Arroyo. Ils participent à ces entretiens, ils gonflent le torse. Ils essaient d’obtenir des clics. »

Les procureurs affirment que les propres paroles de Davis constituent une preuve solide qu’il est responsable du crime, même s’il n’a pas appuyé sur la gâchette. M. DiGiacomo a déclaré que d’autres personnes qui ont décrit le rôle de Davis dans des entretiens avec les médias et auprès de la police corroborent ses récits.

Davis est la seule personne encore en vie qui se trouvait dans la voiture à partir de laquelle des coups de feu ont été tirés, blessant mortellement Tupac Shakur et blessant le magnat du rap Marion « Suge » Knight. Knight purge une peine de 28 ans dans une prison californienne pour une fusillade mortelle sans rapport avec cette dernière dans la région de Los Angeles en 2015.

Les avocats de Davis ont noté que Knight était un témoin oculaire de la fusillade de M. Shakur, mais qu’il n’avait pas témoigné devant le grand jury qui a inculpé leur client.

Davis affirme qu’il a bénéficié de l’immunité de poursuites en 2008 par un groupe de travail du FBI et de la police de Los Angeles enquêtant sur les meurtres de M. Shakur à Las Vegas et du rappeur rival Christopher Wallace, connu sous le nom de The Notorious B. I. G. ou encore Biggie Smalls, six mois plus tard à Los Angeles.



Content Source: www.lapresse.ca

En savoir plus

Nouvelles récentes