Horlogerie, le sens de la mesure

Share

En jouant sur les proportions, les maisons horlogères accentuent le désir de montres de plus petit diamètre. Une affaire de style qui cache aussi des défis techniques.

Le diamètre d’une montre est moins une affaire de millimètres que l’idée que l’on s’en fait. Cette saison, les poignets retrouvent le sens de la mesure. Guidées par le goût des modèles classiques, tendance embrassant pêle-mêle le regain d’intérêt pour le minimalisme fonctionnel des années 1950 et 1960 et le goût de la flamboyance stylistique des années 1970, les montres reviennent à des proportions plus menues. Une aubaine pour les petits poignets, mais aussi pour les horlogers souhaitant développer des modèles mixtes.

Rien de tel, pour attirer le regard, que de se dérober un peu à la vue. Il y a quelques années, s’afficher pour s’affirmer était la règle. 42, 44, 46 mm: de plus en plus grands, les cadrans se faisaient plus lisibles et plus voyants. Retour de balancier, un désir de modération s’empare à nouveau des amateurs de montres. Après une première vague de demandes pour des montres recentrées autour de 39 ou 40 mm, l’appétit du moment fait tomber le pied à coulisses sous la barre des…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes