«Je suis né avec une dépression nerveuse…» le jour où Yves Saint Laurent se livrait au Figaro

Share

LES ARCHIVES DU FIGARO – Alors que Saint Laurent ouvre la plus grande boutique du monde sur les Champs-Élysées, Le Figaro a retrouvé une interview du couturier en 1991, qui parlait de cette façade en rêve et pour se venger du harcèlement scolaire qu’il subissait.

«Une interview exclusive du grand couturier» annonçait Le Figaro le 11 juillet 1991. Yves Saint Laurent va fêter sa cent vingtième collection et n’a jamais eu aussi peur. Pour la première fois, il dit tout. Sur lui-même et sur la haute couture.

Yves Saint Laurent : « Je suis né avec une dépression nerveuse…»

Il a perdu quinze kilos et retrouvé son regard de jeune homme derrière ses lunettes d’écaille. Visage un peu creusé, costume gris, chaussures de daim blanc, Il a presque retrouvé cette silhouette d’adolescent que Paris acclama avenue Montaigne lorsqu’il présenta sa première collection chez Dior et que la presse internationale le surnomma « Le Petit Prince. » Aujourd’hui, avec Pierre Bergé, Yves Saint Laurent est à la tête d’une énorme affaire, cotée en Bourse, et sa griffe est portée par les femmes, les hommes et les enfants du monde entier. Pour Le Figaro, Il raconte. Et il se raconte.

LE FIGARO – Vous avez été élevé à Oran, en Algérie et, apparemment, vous avez tout de suite eu la vocation. Comment Yves Saint Laurent est-il devenu Yves Saint…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes