Pharrell Williams, Jay-Z, Ed Sheeran… Les montres préférées des stars de la pop music

Share

DES MONTRES ET DES STARS 3/5 Leurs poignets sont aussi libres que leurs couplets… Les grands noms de la scène musicale actuelle n’ont pas besoin d’être ambassadeurs de marques horlogères pour porter ce qu’ils aiment.

Les stars de la musique sont sans doute trop libres, trop incontrôlables, pour jouer sagement les ambassadrices de marques horlogères. Et ce, même si leurs excès font bien souvent partie de leur légende… Mais, peu importe : elles peuvent ainsi porter, sur scène comme dans la vie, des montres qui leur plaisent, qui leur ressemblent, et en disent un peu plus sur eux. « Le pionnier en la matière est Eric Clapton, souligne Jean-Philippe Tarot, fondateur du site hor loger Montres de luxe. Entre ses Patek Philippe, ses Rolex et son Universal Genève Tricompax, il était déjà amateur à un moment où cela n’intéressait pas grand monde. » Aujourd’hui, Pharrell Williams, à la fois chanteur, producteur et créateur de mode, est un de ces talents polymorphes qui cogitent à mille à l’heure et mènent tous leurs projets de front. Pour lui, « les objets dont nous nous entourons sont comme des talismans et des témoins qui libèrent une sorte d’énergie ».

Pharrell Williams, fan de Richard Mille

Celui qui a succédé au regretté Virgil Abloh à la tête des collections masculines de Louis Vuitton ne cache pas sa passion pour les garde-temps. Il aurait même demandé à pouvoir continuer à porter sa montre fétiche signée Richard Mille. Comment s’est faite la rencontre avec son horloger préféré ? « C’est Pharrell qui est venu à nous, confie Tim Malachart, directeur marketing de la maison suisse. Il s’est pris de passion pour la marque. En 2006, il a écrit une chanson où il mentionne nos montres (Can I Have It Like That, interprétée en duo avec Gwen Stefani, NDLR). Un jour, il a rencontré Richard. Pharrell est le créatif par excellence qui fourmille d’idées. Il veut comprendre comment nous développons et nous fabriquons nos pièces. »

Au point de finir par en concevoir une ensemble, en 2019 : « Pendant dix ans, il n’y avait pas de contrat entre nous. C’était juste une question de respect réciproque entre Richard et lui. Puis nous avons officialisé la relation au moment de cette cocréation. Nous avons eu l’idée de cette montre qui représente un astronaute regardant la Terre depuis Mars car Pharrell est un fou de l’espace. Nous avons même conçu une pièce avec un boîtier en saphir rien que pour lui ! Ce n’est pas simplement quelqu’un qui veut être associé à la marque pour son image, c’est un curieux, un passionné, il est réellement impliqué. Il dit qu’il portera une Richard Mille toute sa vie. Il arbore actuellement la RM UP-01 Ferrari, modèle extraplat qui nous a demandé plus de cinq années de développement. Avec Amanda Mille, nous comptons organiser une visite avec Pharrell de la manufacture aux Breuleux, dans le Jura suisse, et nous avons d’autres idées communes pour l’avenir. »

Si l’interprète de Happy adore les montres, cela ne l’empêche pas de s’en séparer, parfois. Ainsi, il n’a pas hésité à vendre en ligne, pour la bonne cause, de superbes créations signées Audemars Piguet ainsi que ses deux Casio G-Shock × Bape DW-6900, rhabillées d’or et de diamants par Jacob & Co. Des pièces uniques rachetées par le célèbre rappeur Drake, qui poussera la galanterie jusqu’à en offrir une à une certaine… Kim Kardashian !

Jacob Arabo, le pionnier new-yorkais

Jacob & Co, voilà un nom que l’on croise souvent au poignet des plus grandes stars, et ce depuis des décennies. C’est dans les années 1990, sur la célèbre 47e Rue de Manhattan, connue sous le nom de « Diamond District », que Jacob Arabo établit sa propre boutique de diamants. C’est là qu’il croisera le chemin de Jay-Z, alors en pleine ascension musicale, et popularisera le port de brillants chez les hommes. En 2003, Jay-Z fait sensation au Madison Square Garden en arborant une montre Five Time Zones sertie, lancée l’année précédente. Au fil du temps, Jacob Arabo collaborera avec des icônes telles que P. Diddy et Rihanna. Cette dernière portait d’ailleurs l’une de ses montres joaillières autour du cou lors du premier défilé Louis Vuitton de Pharrell Williams, sur le Pont-Neuf, à Paris, en juin dernier. Une incro yable Brilliant Flying Tourbillon à 600 000 euros, sertie de 338 diamants blancs. Sur les tapis rouges ou sur scène, Rihanna assume aussi son étonnante Rolex King Midas vin tage en or, bien plus âgée qu’elle. Un design iconique inspiré du Parthenon signé Gérald Genta, revisité ici par la créatrice de bijoux contemporaine thaïlandaise Patcharavipa Bodiratnangkura.

Quels sont les points communs entre Pharrell Williams et Ed Sheeran ? La passion pour les montres, et encore une fois la G-Shock. « Ed Sheeran est connu pour sa collection un peu folle, souligne Jean-Philippe Tarot, de Montres de luxe. Nautilus Tiffany, Royal Oak Tourbillon Extra-Fin, Richard Mille RM27-03, voire MoonSwatch… Il en possède une trentaine, et on sent qu’il sait ce qu’il achète. » Le summum de sa collection ? Une pièce unique Patek Philippe World Time Réf. 5130R, sur laquelle figure le nom de son village en Grande-Bretagne. Tout récemment, c’est son imposante G-Shock Ref. 6900 jaune qui a créé le buzz : une édition limitée inspirée par son album Subtract, imaginée avec le site horloger new-yorkais Hodinkee. Ou comment permettre à chacun de s’offrir la même montre que sa star préférée pour 185 euros…

Jay-Z, le collectionneur ultime

Pour autant, le collectionneur ultime de la catégorie n’est autre que Jay-Z. La question, lorsqu’on voit sa collection personnelle, est sans doute : « Mais que ne possède-t-il pas ? » Des Rolex et Patek Philippe par dizaines, dont la Nautilus Tiffany Blue, bien sûr, aux côtés d’une Grandmaster Chime. Mais aussi Audemars Piguet Royal Oak, Jaeger-LeCoultre Reverso, Cartier Crash, Jacob & Co, Richard Mille… La valeur de certaines d’entre elles se chiffre en millions d’euros, telle la Hublot Big Bang sertie de 1 282 diamants de couleur, offerte par son épouse Beyoncé, en 2012, pour ses 43 ans. Bref, Shawn Carter (de son vrai nom) possède et porte tout ce qui se fait de plus élégant en matière de garde-temps. Au point de se voir consacrer par Audemars Piguet une Royal Oak Offshore en édition limitée, accompagnée d’un iPod contenant toute sa discographie, pour ses dix ans de carrière. Et, dans la foulée, il collaborait avec la manufacture du Brassus le temps d’une Chocolate AP, une Royal Oak Quantième Perpétuel Squelette « Cactus Jack ». Mais la star au poignet de Jay-Z, portée sous un smoking comme au stade en famille, se révèle être une pièce unique : une Rolex Datejust modifiée par le célèbre horloger Franck Muller en personne, pour en faire un calendrier perpétuel. Une Rolex qui n’existe pas, qui dit mieux ?

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes