Roger Dubuis Excalibur : les chevaliers de la Table Ronde au poignet

Share

La manufacture suisse Roger Dubuis réinterprète son Graal horloger inspiré du mythe Arthurien.

Que reste-t-il du temps des chevaliers ? La montre Excalibur Chevaliers de la Table Ronde de Roger Dubuis. Lancé il y a dix ans, cet exercice de haute voltige horlogère donne naissance à une nouvelle édition limitée à 28 exemplaires, commercialisée à environ 320 000 euros…

Certifié par le poinçon de Genève, cet imposant garde-temps de 45 mm de diamètre arbore sur son cadran douze chevaliers arthuriens armés de leur épée, microgravés, de 6 mm de haut, sculptés en résine, scannés, puis moulés et fondus en or rose 18 carats. Tous différents, ils se muent en gardiens d’un sol de glace craquelée d’où surgissent les aiguilles. Ce « paysage » est conçu dans un verre bleu fait de sable, de sodium et d’arsenic, fidèle en cela à l’art de Murano. Pour obtenir l’effet scintillant de la neige vierge, les blocs sont enduits en biscuit de porcelaine de Limoges, dont la finition mate contraste avec les surfaces brillantes du verre.

L’Excalibur Chevaliers de la Table Ronde de Roger Dubuis. Roger Dubuis

Hommage à l’art de la forge

Quant au boîtier de ce garde-temps de légende, il est forgé dans du titane Damas, hommage à l’art ancestral de la métallurgie : le forgeron empile des plaques de titane de Grade 2 et de Grade 5, ensuite placés dans un four atteignant des températures extrêmes. Quand le métal est encore chaud, il est martelé, afin que les couches initiales fusionnent en un seul bloc solide. Ce dernier est alors chauffé et pressé autant de fois que nécessaire pour l’étirer et le mettre en forme, avant d’être plongé dans un bain d’acide. De quoi créer à la surface du métal un motif ondulé unique.

L’Excalibur Chevaliers de la Table Ronde de Roger Dubuis. Roger Dubuis

Enfin, couronne et protège-couronne sont façonnés comme la garde d’une épée, afin de donner l’illusion que la lame est plantée dans la montre, telle l’arme d’Arthur fichée dans le rocher. Légendaire…

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes