Super Geelong, le fin du fin pour un pull

Share

LA CHRONIQUE DE JULIEN SCAVINI – Le lambswool de mérinos est obtenu lors de la première tonte de l’agneau, avant 5 mois.

En matière de pullovers, les qualités sont si diverses que s’y retrouver devient difficile. L’homme classique, s’il apprécie le cachemire, sait aussi reconnaître la simplicité de la laine d’agneau, solide, chaude et endurante. Mais connaissez-vous le fin du fin? C’est le lambswool de mérinos obtenu lors de la première tonte de l’agneau, avant 5 mois. Période où les fibres sont uniques, plus douces, plus soyeuses. L’idée vient d’Australie, terre de la belle laine, plus précisément de la ville de Geelong dans le Sud. C’est dans les années 1980, à la suite de l’augmentation soudaine du prix du cachemire venu de Chine, qu’il a fallu s’orienter vers des fibres naturelles et très douces, mais plus économiques.

Cette toison virginale fut une trouvaille si marquante qu’elle prit le nom de Super Geelong. Les tricoteurs italiens et écossais les plus réputés se sont arraché les bobines de ces fils d’exception. Aujourd’hui encore, le Super Geelong ne peut venir que de cette région du continent. Toutefois…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 14% à découvrir.

Black Friday

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes