Une moto et une montre pour Bell & Ross et BlackTrack

Share

Le directeur de création de Bell & Ross, Bruno Belamich, et le célèbre designer français Sacha Lakic ont imaginé ensemble une moto très horlogère…

Le cofondateur et directeur de création de Bell & Ross, Bruno Belamich, vient d’imaginer à la fois un chronographe BR 03-94 Blacktrack , et une moto qui lui est associée avec le célèbre designer français Sacha Lakic. Sur une base de moto Indian, les deux hommes ont imaginé une machine à la carène impressionnante, dont la découpe permet de plonger le regard dans son bicylindre de 1 200 cm3. Cette fenêtre sur le moteur n’est pas sans rappeler le cœur ouvert du cadran de certaines montres, permettant d’en découvrir les rouages. « Nous avons choisi un moteur thermique même si, au début, nous avons hésité avec de l’électrique, confie Bruno Belamich. Les finitions de cette moto Blacktrack BT06 sont dignes de l’horlogerie. Sacha est designer, il a donc travaillé comme l’aurait fait un constructeur industriel. Il a dessiné des esquisses sur son iPad, avant l’étape de modélisation 3D. Puis il a fait appel à des prototypistes, qui réalisent des pièces à l’unité. C’est de la customisation… à un degré de maîtrise industriel. »

Un chronographe BR 03-94 Blacktrack pour Bell & Ross. Bell & Ross

Responsable, entre autres, du style des véhicules électriques de la marque Venturi, Sacha Lakic est à l’origine de plusieurs motos hors du commun, avant de créer son propre label, Blacktrack, en 2016. « Je viens de l’univers de la moto et de l’auto. Là, c’est tout ce que j’aime : ce côté épuré, authentique, minimaliste. Ce café racer va à l’essentiel. Mais en même temps, la fonctionnalité est là. Ce n’est pas que du style, mon objectif est d’alléger, de faire qu’il soit encore meilleur que ce qu’il était au départ. »

Une Blacktrack BT06 à l’étonnante découpe dévoilant son moteur. Claude Weber

À l’avant de cette moto au carénage ultra-graphique, entièrement en fibre de carbone, trône sous les yeux du pilote la montre de 42 mm de diamètre en céramique noir matte. « Quand nous avons réfléchi à l’intégration de la montre, cela paraissait évident : il fallait mettre un support pour pouvoir la poser et la récupérer facilement. C’est une réponse de designer qui fonctionne », résume Bruno Belamich. « Quand on porte un blouson de motard, zippé et serré aux poignets, avoir une montre peut être gênant. Cela crée de la rigidité. Mieux vaut l’enlever avant de prendre la route. Ici, elle est calée sur un pad en caoutchouc pour la bloquer et absorber les vibrations », rappelle Sacha Lakic.
S’il existe 500 exemplaires de cette montre (6 990 €), la moto, elle, bien qu’homologuée, devrait demeurer une pièce unique. Tout juste présentée à Paris, elle sera sans doute en avril prochain sur le stand de Bell & Ross, lors du rendez-vous horloger genevois Watches & Wonders.

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes