Au Théâtre du Petit Saint-Martin, Fabrice Luchini à l’assaut de Victor Hugo

Share

Fabrice Luchini. JEFF PACHOUD / AFP

CRITIQUE – Le comédien offre une lecture de l’immense écrivain avec en point d’orgue Booz endormi, poème qui redonne de la lumière.

Au Petit Saint-Martin, Fabrice Luchini s’empare de Victor Hugo et sa lecture débute – tapuscrit à la main, assis sur un bureau -, par le Hugo anéanti. Le grand homme vient de perdre sa fille Léopoldine. Noyée dans un bras de Seine, en 1843. Le comédien lit cet Hugo « au bout du rouleau » avec ce ton clair-obscur, sans lyrisme, cette voix qui a de l’oreille. Il susurre, silence, Veni, vidi, vixi : « Maintenant, mon regard ne s’ouvre qu’à demi ;/ Je ne me tourne plus même quand on me nomme ;/ Je suis plein de stupeur et d’ennui, comme un homme/ Qui se lève avant l’aube et qui n’a pas dormi. » Le timbre du comédien serait celui de la béatitude devant le maître de la langue française. Il en goûte les diverses nuances.

Sa personnalité envahissante ne gâte pas celle, gigantesque, d’Hugo ; elle sert le génie avec une admiration presque enfantine. Donnez-lui un texte, il en fait un récital qui vous plonge dans une drôle d’hypnose. Ainsi, Le Mendiant, son élocution le peint&nbsp

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Black Friday

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes