Les grandes écoles de théâtre forment-elles toujours de bons comédiens ?

Share

Cours de théâtre au cours Simon avec le professeur David Sztulman. SEBASTIEN SORIANO / Le Figaro

ENQUÊTE – Cours Simon, Cours Florent, et chez Raymond Acquaviva… À Paris, les apprentis comédiens ont le choix pour s’initier aux planches. Les talents de demain y trouvent des professeurs expérimentés et exigeants, et sont près à beaucoup de sacrifices pour percer.

La porte du Cours Simon franchie, le temps s’arrête. On ne serait pas étonné de voir son fondateur, René Simon, entrer dans le bureau, un manuscrit à la main. Dans le hall se croisent professeurs et élèves. « L’atmosphère est familiale », signale Rozenn, 20 ans, en première année depuis trois semaines. Des portes claquent et des répliques fusent du grenier à la cave en passant par la salle dite « de préparation ». « C’est une ruche, c’est leur maison », résume Diane de La Croix, professeur d’art dramatique, elle-même ancienne élève.

Depuis que l’école a déménagé, du boulevard des Invalides, dans le 7e arrondissement, au 14, rue La Vacquerie dans le 11e, presque rien n’a changé. C’était en 1983. En témoignent les murs recouverts d’une moquette rose délavée et les étagères du bureau qui croulent sous des centaines de livres et de dossiers et les tiroirs rouges portant les inscriptions : « Pros Diane », « Pros Nicolas », « Adultes », « Jeunes/Ados »…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Content Source: www.lefigaro.fr

En savoir plus

Nouvelles récentes